On fait le bilan – 2021

blog bilan

Comme chaque année à la même date, ce site met un point d’honneur à respecter la tradition du bilan, en ayant cette fois-ci une pensée spéciale et toute particulière pour les blogueuses et blogueurs qui publient des bilans mensuels. Respect. Je ne sais pas comment vous faites.

2021, où comme nous avons tous pris l’habitude de l’appeler, « Covid 2 », a été pour chacune et chacun d’entre nous une année pleine d’incertitudes et d’impatience. Au fond, ce n’est pas très différent sur ce site, même si ça n’a pas grand-chose à voir avec la situation sanitaire.

Comme d’habitude en décembre, j’entame ce bilan par tout ce qui concerne mon activité d’écrivain. De ce point de vue, l’année 2021 a été florissante, en tout cas à mon échelle. En février, j’ai sorti mon tout premier roman en autoédition, « Révolution dans le Monde Hurlant », ce qui représente une grande fierté pour moi, puisque j’ai porté le projet de A à Z, écriture, illustration, mise en page, promotion, etc…

En avril, j’ai participé à un ouvrage collectif avec mes camarades du Gahelig, « Eclats de chocolat », douze nouvelles de littérature de genre autour du thème du chocolat, rédigées par douze autrices et auteurs suisses. Je suis heureux et honoré d’avoir été associé à ce projet en compagnie d’artistes de grand talent.

Il y a également ma nouvelle d’horreur « La dame penchée », publiée, corrigée et republiée sur ce site. Elle devait servir de premier test pour un roman d’épouvante qui est actuellement en suspens.

2021 a aussi été l’occasion de renouer, timidement, avec le lectorat, dans le monde réel. J’ai été présent dans deux événements pour signer mes ouvrages, ce qui représente toujours un moment fort.

Un échec retentissant

Ces satisfactions sont considérables, et elles ne sont pas entachées par la déception, même si déception il y a : « Révolution dans le Monde Hurlant » est un retentissant échec. Les ventes de ce roman ont été ridicules, bien inférieures à mes objectifs qui étaient pourtant très modestes. Je ne peux même pas dire que le livre a déplu, il est simplement passé inaperçu – ce que j’avais à offrir n’a pas intéressé les personnes qui en ont entendu parler. D’ailleurs les articles que j’y ai consacré sur ce site ont été à peine lus. J’ai sans doute commis de nombreuses erreurs dans ce projet, même si je ne sais pas vraiment lesquelles. En tout cas, je continue à croire que le bouquin est plutôt réussi.

Je parle de tout cela avec une certaine candeur, pas pour susciter de la pitié, mais parce que je mène mon existence dans une démarche de vérité. Par ailleurs, je suis convaincu que que cela peut déboucher sur des questions ou des échanges sur ce thème, qui peuvent être féconds pour vous comme pour moi. Si vous avez des réactions ou des interrogations, n’hésitez pas à m’en faire part.

Reste que ce revers a eu un certain nombre de conséquences. La première, c’est que je n’écris pas le troisième tome de mon histoire, et je ne l’écrirai vraisemblablement jamais. La deuxième, c’est que j’ai hésité avant de me relancer dans un nouveau projet. Finalement, je suis en train d’écrire un roman, mais il servira de test : en cas d’échec, je me trouverai une autre occupation.

La troisième conséquence concerne directement les lecteurs de ce blog. J’ai traversé cette année une crise de légitimité, réalisant que je me trouvais dans une position inconfortable pour donner des conseils sur l’écriture à qui que ce soit. J’ai donc arrêté d’écrire de nouveaux articles, avant de reprendre au ralenti. Le rythme des parutions est devenu bimensuel plutôt qu’hebdomadaire.

Le résultat, conjugué probablement à une certaine lassitude de la part des fidèles du blog, c’est que pour la première année depuis que j’ai lancé mes activités de Fictiologue en 2017, j’ai eu significativement moins de pages vues que l’année précédente, même si j’ai eu très légèrement plus de visiteurs. Tendance déjà observée l’année dernière, le nombre de commentaires et de mentions « J’aime » continue à baisser, comme il le fait chaque année depuis 2018. C’est regrettable, de mon point de vue, parce que ce sont vos retours qui me motivent à continuer.

On constate une usure

Les articles les plus populaires sont anciens. Les billets que j’ai publiés cette année ont suscité relativement peu d’intérêt. Celui qui a connu le plus de succès se classe au 66e rang de mes publications, autant dire pas très haut. Ma série consacrée aux suites, ou celle sur le genre en littérature, m’ont malgré tout valu un intérêt poli.

Bref, on constate une usure. Dans le couple entre vous et moi, une certaine indifférence s’est peu à peu installée, ce qui est, finalement, très humain.

Tout cela mène naturellement à une réflexion sur l’avenir. Il y a une année, j’avais déjà l’impression que le site tirait ses dernières cartouches. Finalement, ça n’a pas été le cas, et j’ai d’ailleurs plusieurs billets déjà écrits et pas mal d’idées encore inexploitées. Malgré tout, le thème que j’explore sur ce blog n’est pas inépuisable, ma motivation est en baisse et l’intérêt des lecteurs s’estompe progressivement. On se bat pour être à l’avant dans un avion qui va droit vers le crash.

Le Fictiologue restera de toute manière ma base d’opération sur le web, même au cas où je m’y ferais plus discret. Au final, tout cela engendre un suspense insensé. Est-ce que nous nous retrouverons tous ici dans un an pour tirer un nouveau bilan, ou est-ce que ça n’en vaudra pas la peine ? Est-ce que j’aurai le plaisir de lire vos commentaires et qu’ils m’inspireront de nouveaux articles ? Est-ce que je sortirai un nouveau roman ? Rendez-vous en 2022 pour le découvrir.

35 réflexions sur “On fait le bilan – 2021

  1. Pfff, on voit qu’vous êtes un littéraire, un vrai. Les ventes de votre bouquin? C’est mathématique, une fonction à plusieurs variables: depuis le covid, tout le monde écrit! Regardez, même moi, j’ai un « blog ».
    Donc, plus de monde publie, moins de gens achètent et votre moral fuit dans ses chaussettes.
    Alors remettez votre sourire à l’heure ayant plus de visites insolites (et là, je refais ma pub: n’est-ce pas une avancée indéniable que d’être lu par une expert en économétrie)?
    Bref, rdv -le 30 par exemple- pour un élan salvateur de ces écrits jolis.
    🙂

    Aimé par 1 personne

    • Merci beaucoup pour ces encouragements issus de la plus authentique rationalité. Ma formation de base est plutôt scientifique, en réalité, donc je sais apprécier ces arguments à leur juste valeur ! C’est à n’en pas douter un honneur d’être lu par un individu aux qualités si précieuses (d’ailleurs, on se tutoie, non ?)

      J’aime

  2. En ce qui me concerne, je suis convaincu que les blogs ont plus d’intérêt et d’utilité que les réseaux. Tu es le seul que je lis régulièrement au sujet de l’écriture, non pas parce que je pense y trouver « la vérité », mais parce que tu es le seul blogueur écriture que je connais à en parler de façon intelligente, personnelle et concrète – à ne pas publier de conseils tout faits bidons vus ailleurs cent fois, à ne pas prétendre non plus à une grandeur littéraire hautaine.
    Vraiment navré que le roman n’ait pas marché, d’autant plus que je l’ai lu et l’ai trouvé très bon (tu le sais déjà). La réussite commerciale d’un livre n’a hélas pas grand chose à voir avec sa qualité narrative ou littéraire. Mon avis personnel est que tes visuels donnaient une impression trop « jeunesse » (voire enfantine) en décalage avec le contenu du livre, et surtout en décalage avec ceux qui te suivent ici ou sur les réseaux (en majorité des adultes, je pense). Ce n’est sans doute pas le seul facteur, mais je suis intimement persuadé que ça a beaucoup joué, ton audience ne se retrouvant pas dans « le produit ».
    Bon, après, l’autre vérité est que le nombre d’ouvrages autoédités devient ridiculement élevé. Se démarquer sans avoir déjà une énorme communauté, ça devient compliqué…
    Je suis curieux d’en savoir plus sur ton futur projet. Je t’écrirai un mail un de ces quatre.
    🙂
    Bonnes fêtes ! Et merci pour tout ton travail de cette année.

    Aimé par 1 personne

    • Un grand merci pour ton commentaire Stéphane, ainsi que pour tes observations.

      Par nature, publier ce genre de bilan donne l’impression qu’on reste marqué par les événements passés, mais en réalité, j’ai pour l’essentiel tourné la page. La preuve, j’ai empoigné un nouveau projet qui, au stade où j’en suis, semble fonctionner assez bien. Je serais ravi de t’en dire deux mots à l’occasion.

      Joyeuses fêtes à toi !

      Aimé par 1 personne

  3. Salut Julien,

    Je comprends ta lassitude et le sentiment d’échec. Ces deux dernières années ont été compliquées pour nombre d’entre nous.
    Sache que j’aime beaucoup tes articles. Je ne suis pas toujours d’accord avec tout, mais au moins, tu pousses à la réflexion. Je ne fais pas partie des lecteurs réguliers, comme nous en avons discuté, je fonctionne par vague. Néanmoins, je suis tes publications du mieux que je peux.

    En ce qui concerne ton roman, ça se joue à quelque chose, mais à quoi? Pourquoi untel ressort plus qu’un autre, bonne question. Ne baisse pas les bras. Certains livres montent doucement, surtout lorsque nous ne sommes pas connus dès le début.

    Je te souhaite bon courage et je t’envoie toutes mes bonne ondes de l’autre côté du lac.

    Aimé par 2 personnes

    • Merci infiniment pour ces mots très appréciés Amélie.

      Au fond, en ce qui me concerne, la situation est assez différente de celle des autrices et auteurs qui ont choisi de se consacrer entièrement à l’écriture. Il s’agit pour moi d’un loisir, même si naturellement je finis quand même par sortir des bouquins et à espérer qu’ils soient lus. Mais comme j’ai un travail très prenant ainsi que trois enfants, cela ne me laisse guère que l’écriture comme passe-temps. Donc, franchi un certain cap, si ça ne débouche pas sur les résultats escomptés (et qui sont assez modestes), se pose la question de savoir s’il ne serait pas plus rationnel de consacrer mon temps libre à regarder des séries et à jouer à des jeux vidéo, comme font les autres gens. C’est la question de la « sunk cost fallacy », chère aux économistes.

      Joyeuses fêtes de fin d’année !

      Aimé par 1 personne

  4. Pour ma part, je viens toujours bouquiner ton blog avec assiduité. Je n’en sais rien si t’es légitime ou pas à parler écriture. Mais si on attend de se sentir légitime pour faire quoi que ce soit, on risque de devoir patienter longtemps. ^^
    Pour Révolution, je n’ai suivi que d’un œil tes articles à ce sujet. A titre perso, je n’ai pas de temps en ce moment pour lire, j’imagine que c’est le cas de beaucoup de monde. Je pense aussi que ton blog vise un public d’apprenti-auteurs, et que les auteurs sont de mauvais lecteurs. A quelques exceptions près, ils sont trop concentrés sur leurs propres travaux pour se pencher sur ceux des autres.
    De manière plus générale, je pense que le format auto-édition peut faire fuir, aussi. C’est peut-être encore plus compliqué pour une suite puisque des lecteurs qui n’ont pas lu le premier risquent de passer directement leur chemin.
    Peut-être auras-tu des opportunités en 2022 pour ressortir tes deux romans en un seul volume intégral (avec un tome trois bonus ?) ? Peut-être aussi pourrais-tu essayer une réédition chez un éditeur classique ? Ou inscrire ton roman à des concours pour le faire connaître ?
    Si t’as envie d’un thème fil rouge pour tes articles, j’aimerais bien lire davantage au sujet de l’écriture de dialogues. Je me pose beaucoup de questions à ce sujet, et il existe très peu de ressources sur comment travailler ses dialogues de roman. Tout ce que je trouve concerne les dialogues de tv/cinéma, ce qui n’est pas toujours adapté.
    La dynamique du récit aussi. Faut-il faire des actes ou assimilés ? Comment gérer ses rebondissements sans que ce soit artificiel ? Faut-il, comme dirait Mc Kee que la scène qui précède la fin d’un acte soit plus longue que les précédentes ? Bref. ^^
    De joyeuses fêtes de fin d’année !

    Aimé par 1 personne

  5. non non non, pas de blagues ! tu es le seul blog dont je lis conscienci… consi… avec attention chaque article, ta légitimité n’est pas à remettre en cause, j’accepte pas ce petit commerce, 2022 c’est déjà gravé dans le marbre, tu termines ton roman d’horreur architectural et tu continues ce blog. bisou quand même.

    Aimé par 1 personne

    • Bon alors d’abord merci. Ensuite il faut remettre les choses dans leur contexte: j’ai onze articles d’avance sur ce blog, ce qui, au rythme de parution actuel, garantit pratiquement six mois de publications en 2022. Quant à ce bouquin, j’aurai probablement bouclé le premier jet avant le mois de février.

      J’aime

    • Merci. Oui, c’est une question centrale, dont les ramifications sont nombreuses. « Les hommes se croient libres parce qu’ils sont conscients de leurs désirs mais ignorants des causes qui les déterminent », disait Spinoza. Commencer par savoir pourquoi on écrit, c’est un bon point de départ, en effet. Ce n’est pas une mauvaise idée pour une série d’articles, d’ailleurs, merci pour l’idée ! 😉

      J’aime

  6. le bilan est-il un exercice d’écriture ? dans ce cas je m’y risquerais peut-être 🙂 ?
    blague à part, je trouve ton blog excellent et plein d’informations ; je pense que les chiffres et les j’aime et même les commentaires sont des informateurs un peu obviés.
    ton roman est très bon, bien meilleur que les deux derniers livrés primés que j’ai essayé de lire (je ne citerais pas les titres, parce que je les ai déjà oublié) ; on sait bien qu’écrire un bon livre ne garantit pas qu’il trouve son public, hélas.
    après, comme tu le dis, l’époque accentue l’érosion ; j’ai eu plus de mal à écrire et à lire cette année.
    bref, que dire qui ne soit ni dans ton billet ni dans les commentaires précédents ?
    que je te souhaite de faire l’an prochain ce que tu as le plus envie de faire, et de le faire avec ta fougue et ton énergie coutumière.
    (et de venir nous en parler sur ton blog, parce que c’est toujours bien d’avoir des nouvelles des amis, même hélvètes.)

    Aimé par 1 personne

  7. Bonjour Julien !
    J’ai bien aimé le roman, et je trouve toujours les articles du blog aussi pertinents, donc je trouverais vraiment dommage que cela s’arrête ! Le syndrome de l’imposteur nous touche tous d’une manière différente, et c’est sans doute exacerbé si on se met à compter les ventes, les like ou autre. Il y a un véritable embouteillage dans l’autoédition mais aussi dans les blogs d’auteurs, ce qui rend difficile de faire entendre sa voix particulière, même quand elle est aussi nette que la tienne. Est-ce qu’écrire, et réfléchir à propos de l’écriture, te rend heureux ? C’est la seule question qui vaille, non ?
    Bises et bonnes fêtes !

    Aimé par 1 personne

  8. Bonjour. Je vous suis depuis à peu près un an. Depuis que je me suis mise sérieusement à l’écriture et qu’une de mes collègues de formation a partagé l’un de vos articles sur notre groupe FB. Je suis désolée d’apprendre votre baisse de motivation alors que vos articles sont de qualité. Toutefois, ne le prenez pas pour vous. Il semblerait que ces deux années en particulier remodèle les habitudes. Personnellement, j’ai vu une quasi disparition de mes lecteurs lors de premier confinement. Et cette année, les vues fluctuent énormément. Pour des raisons de planning, je suis même restée sans écrire pendant un moment et….c’est à cet instant qu’il y a eu le plus de vue sur mon blog, quand je publiais quasi aucun article. Allez comprendre ! Alors ne vous démoralisez pas. Prenez le temps de vous poser et de faire ce qui compte le plus pour vous.

    Aimé par 1 personne

  9. Petite entorse dans mon « sens de lecture pour ce blog » pour te dire que j’apprécie:
    La richesse du contenu
    La sincérité du propos
    L’humilité de l’auteur

    Alors oui, bien entendu, la science infuse te fait défaut, ton temps pour écrire est limité et le succès n’est visiblement pas corrélé aux « facteurs justice et mérite », OK.
    MAIS!
    Je pense que si tes « vieux articles » tiennent le haut du pavé c’est parce qu’ils abordent avec sérieux et justesse des sujets de fond. On peut les lire et les relire (je ne m’en prive pas).
    Laisse le temps « aux jeunes » de creuser leur trou, en ces temps troublés (Lumerolle en témoigne) les gens cherchent des Covideries ou des choses qui vont les loboto%* euhhh, les en distraire je veux dire…
    C’est triste à dire mais les légions de putacliqueurs qui génèrent du trafic sont bien plus attirées par les clashs de twitter et les cancans sur facebook que par un blog ou un forum de qualité, ne prends pas la baisse de fréquentation pour toi! C’est une tendance de fond même si les blogs et les forums sont plus utiles et intéressants que les réseaux, Stéphane a raison. J’étais au courant depuis longtemps mais plus je te lis et plus j’en suis convaincu.

    Perso je ne vois pas ton blog comme un zinc en perdition mais plutôt un bon gros Zeppelin steampunk que tu pourrais (si besoin) laisser en pilote automatique le temps de te ressourcer entre deux articles. Comme je disais précédemment tes billets son riches et peuvent se relire! Inutile de blogguer comme un stakhanoviste si écrire un autre roman ou faire une partie Mario Kart avec l’héritier sont plus importants pour l’instant. On t’en voudras pas si tu ne ponds pas un article par semaine. 😉

    En 2022 le net risque d’être encore trop centré sur le Coronavirus et les influenceuses chirurgicalement rechapées pour que tu obtienne les retours que tu mérites j’en ai peur… Alors n’oublie pas le facteur conjoncturel, pas de décision hâtive ni définitive, hein?

    Bon vent pour 2022 Julien.
    Au plaisir de te lire, que ça soit sur l’écran ou sur papier…

    Aimé par 1 personne

  10. une réflexion : peut -être aussi le prix (24 €)? sauf erreur de ma part, je n’ai pas vu de prix ebook, sinon je sais en ce qui me concerne que je l’aurai acheté.

    J’aime

  11. Bonjour Julien. Que votre livre soit passé « inaperçu » en 2021 n’est pas honteux. A part les « têtes de gondoles », il a été difficile pour les petits auteurs / éditeurs d’attirer l’attention. N’en tirez aucune conclusion, les choses s’arrangent dans le milieu. Une chose est sûre, il y a sûrement de nouvelles façons de promouvoir nos ouvrages à trouver. PS : J’adore vos articles conseil, ce sont les plus documentés de la blogosphère 🙂 Bon courage et belle année, Elisa

    Aimé par 1 personne

  12. Ah non, persévérez. La hasard fait que j’ai publié aujourd’hui une interview de Chrystel Duchamp, voici ce qu’elle dit : « De ne jamais se décourager. J’ai autoédité 5 livres et attendu 7 ans avant d’être publiée au niveau national. » (https://dequoilire.com/chrystel-duchamp-interview/)
    Sinon, vous trouverez, plein de bons conseils sur le blog de Coralie Raphaël, comme cet article : https://coralieraphael.com/communication-comment-promouvoir-vous-meme-votre-livre/
    Dan l’attente d’entendre parler votre livre.

    Aimé par 1 personne

  13. J’avais préparé un commentaire plus long qui s’est perdu dans les méandres du Net. Je le résume donc : les articles que je trouve ici m’ont souvent été utiles, ils sont clairs et fouillés en même temps. Et si, en fin de compte, j’ai eu le bonheur de voir pour la première fois trois textes publiés dans des revues cette année, mon passage ici n’y a sûrement pas été pour rien. Donc, merci à toi pour ça ! Et courage pour la continuation !

    Aimé par 1 personne

  14. Je viens commenter longtemps après mais c’est le bon moment pour moi XD donc voilà : déjà un immense merci pour tes articles, je ne le dirai jamais assez, j’apprends énormément sur ton blog ! Et en lisant les autres commentaires, je comprends ce qui me fascine avec tes articles, ça vient sans doute de ta formation scientifique, le côté très clair et poussé, tout en étant très ordonné (je viens d’une formation littéraire puis langues vivantes donc j’avoue que la méthodologie et moi, on n’est pas très amies !)

    Autrement, eh bien, j’espère encore te lire à l’avenir mais le plus important, c’est ce qui est important pour toi, ton plaisir et ta joie d’écrire ou non… j’avoue que je ne partage pas tous tes critères de ce qui fait un bon bilan ou non car si avant je surveillais le nombre de like/commentaires pour mes blogs, maintenant, je suis plutôt dans la démarche d’écrire pour moi avant tout… (sans doute parce que l’écriture est avant tout pour moi thérapeutique !) Quoi qu’il en soit, je te souhaite de trouver tes réponses, ce qui fait sens pour toi et merci pour ta transparence et ton authenticité !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s