Critique: Ash

blog critique

Une petite fille nommée Ash et sa famille vivent à l’orée de la forêt, là où les superstitions peuvent vous sauver la vie. La mort de son père remet tout en cause : en grandissant, la jeune fille est traitée comme une domestique par sa belle-mère qui ne rêve que de trouver de riches et prospères maris pour ses deux filles. Mais Ash fait deux rencontres qui vont bouleverser son destin : celle d’une des chasseresses du Roi, et celle d’un mystérieux personnage du pays des fées.

Titre : Ash

Autrice : Malinda Lo

Éditeur : Hodder (ebook)

Pour ceux qui ne l’auront pas compris en lisant le résumé, « Ash » est une nouvelle version de « Cendrillon. » Nouvelle, mais pas moderne, puisque l’autrice la situe dans le même monde de fées et de magique que le conte original.

Le principal intérêt du livre est le soin et l’expertise que Malinda Lo a déployé pour transformer une histoire brève et allégorique en un véritable roman, peuplé de personnages qui ont une voix et des motivations claires et qui suscitent l’empathie du lecteur. En lisant ce livre, on comprend ce qui motive cette jeune fille à s’éloigner de son foyer, mais on a tout autant de compréhension pour ses belles-sœurs, pour lesquelles le mariage représente la seule destinée possible, et même sa belle-mère, qui tente de prendre les bonnes décisions pour sa famille en dépit d’une situation difficile.

Tout cela est fait sans rien sacrifier du merveilleux des versions originales du conte. Dès que le roman s’éloigne du monde des humains, il nous plonge dans un pays inquiétant et magique, dans lequel nos lois n’ont pas cours et où la parole donnée peut avoir des conséquences terribles. L’autrice est parvenue à modeler son style afin qu’il soit aussi agréable à lire qu’un roman contemporain, mais avec des touches désuète dans ses choix de vocabulaire et la construction de ses phrases qui donnent parfois l’impression que l’on lit la version originale de l’histoire, dont les contes ne sont que de pâles résumés. C’est tout à fait admirable.

51iX2vbR4-L._SX316_BO1,204,203,200_

L’autre originalité du roman, c’est qu’il inclut une romance entre deux personnages féminins. Le livre est d’ailleurs présenté comme la version LGBT de « Cendrillon », mais à mon sens cette étiquette peut induire les lecteurs en erreur. Il ne s’agit en aucun cas d’un roman militant, et la romance n’y joue qu’un rôle relativement secondaire. Elle est évoquée en filigrane puis rapidement conflue à la fin de l’histoire. Qui plus est, l’attirance de deux personnages de même sexe n’y est pas thématisé, et personne ne s’en émeut au sein de l’univers du roman, ce qui fait que du point de vue de l’intrigue, le fait qu’il s’agisse d’une histoire d’amour homosexuelle ne fait aucune différence. Celles et ceux qui appellent de leurs vœux davantage de représentation des minorités dans la littérature de genre y trouveront malgré tout une source mineure de satisfaction, d’autres resteront sur leur faim.

Au final, « Ash » est le témoignage du grand talent de son autrice, même si on pourrait souhaiter qu’à l’avenir elle mette celui-ci au service de textes plus ambitieux.