Accords de ton

blog accords de ton

Dans cette série d’articles consacrés au ton des œuvres littéraires, j’ai eu l’occasion d’affirmer que le ton « fait partie du contrat auteur-lecteur » et que, « pour qu’il soit compréhensible, il est nécessaire qu’il soit relativement homogène ». Il s’agit d’un des aspects les plus importants de la notion de ton, et sans doute celui qui est le plus mal compris par les jeunes autrices et auteurs.

Si on définit le ton comme l’attitude générale de l’auteur vis-à-vis de son texte, c’est qu’il doit correspondre à une intention claire et délibérée. Un roman dont le ton est humoristique, par exemple, va créer des attentes très spécifiques vis-à-vis du lecteur. Il va lui donner une grille de lecture pour interpréter la suite du texte, et décoder les intentions de l’auteur. Ainsi, une fois admis qu’on est dans un texte au ton humoristique, les drames, même les plus tragiques, qui vont jalonner l’intrigue, paraîtront moins graves et ne seront pas pris entièrement au sérieux par le lecteur. La mort d’un personnage, qui peut être poignante et triste dans un roman au ton tragique, ne devient qu’une péripétie de plus dans un roman comique. A l’inverse, dans un texte sombre, les moments de légèreté ne seront jamais interprétés comme réellement marrants, parce que l’attente créée par le ton général du roman va conditionner le lecteur à se contenter de rires sous cape ou de rires jaunes. C’est encore plus clair quand on pense au théâtre : quel spectateur osera s’esclaffer au milieu d’une tragédie ?

Le ton crée une attente

On l’a compris : le ton crée une attente chez le lecteur, et il colore toute la perception d’un livre. En cas de rupture abrupte de ton, le lecteur, désemparé, risque de ne plus comprendre quelle réaction on attend de lui, et les effets souhaités par l’auteur peuvent tomber à plat.

Pour revenir sur l’exemple cité plus haut, la mort devient moins tragique dans un texte comique. Cela signifie qu’un auteur qui a entamé son roman en adoptant un ton résolument humoristique, et qui souhaiterait inclure un authentique moment de pathos dans son histoire, par exemple à l’occasion d’un décès, aurait beaucoup de mal à y parvenir, parce que le ton choisit entrerait en conflit avec l’effet émotionnel désiré. S’attendant à rire, le lecteur sera incapable de se mettre soudain à pleurer. Tout au plus sera-t-il capable de vaguement faire la grimace.

On le comprend bien : le mot « ton » est particulièrement bien choisi, si l’on considère son acception musicale. En musique, chaque œuvre a une tonalité, une gamme de huit notes, caractérisée par un tonique et un mode, et pour éviter un canard, chaque instrument va devoir s’y accorder. En littérature, c’est pareil : à trop s’éloigner du ton général, on risque la fausse note.

Il est possible de jouer sur les deux tableaux

Pourtant, les œuvres qui passent du rire aux larmes ne sont pas rares. C’est donc qu’il est possible de jouer sur les deux tableaux, sans couacs et sans que les moments d’émotion ne tombent à plat. Pour y parvenir, une technique simple est celle qui donne son titre à cet article : les accords de ton.

Ce que je vous propose, c’est de réfléchir au ton de votre texte, juste après avoir établi votre plan, et juste avant d’entamer la rédaction de votre premier jet. Sauf qu’au lieu de vous contenter de choisir un ton pour votre œuvre, je vous suggère d’en sélectionner deux : un ton principal et un ton secondaire.

Le ton principal va servir de référence centrale à votre lecteur tout au long du texte. Il correspond à vos intentions majeures vis-à-vis de l’histoire, à l’émotion dominante que vous souhaiteriez voir adoptée par le lecteur dans la plupart des scènes. Le ton secondaire est moins important, mais il est néanmoins présent du début jusqu’à la fin, offrant un complément, parfois même un contrepoint, à la tonalité principale de l’œuvre.

Cela permet de jouer sur deux tableaux à la fois, sans prendre le lecteur en traître. Un récit dont le ton principal est tragique et le ton secondaire humoristique pourra réussir à faire rire, malgré sa tonalité dominante. L’inverse, soit une histoire humoristique/tragique restera convaincante même dans les moments les plus tristes. Il suffit de voir des films des frères Coen ou de Wes Anderson pour rencontrer des auteurs spécialisés dans ce genre d’accords de ton. Dans un autre registre, les films Marvel sont pour la plupart des histoires au ton principal dramatique, et au ton secondaire comique, ce qui leur permet, la plupart du temps, de passer d’un registre à l’autre sans trop de casse.

Soyez aussi clairs que possible

Cela nécessite de procéder avec doigté, et d’introduire le ton secondaire suffisamment tôt, par petites touches, sans ensevelir le ton principal. Par exemple, vous pouvez mettre en scène un personnage secondaire drôle dans un roman au ton grave. Sa présence dès les premiers chapitres va ouvrir l’esprit du lecteur à des effets comiques plus appuyés, plus loin dans le texte.

Attention tout de même, cette approche à deux tons n’empêche pas complètement les ruptures et les couacs.

Premièrement, si elle est menée sans subtilité, elle risque de refroidir le lecteur, qui pourrait se retrouver dépourvu et ne pas savoir à quel genre de texte il a affaire. Pour éviter ça, soyez aussi clairs que possible en exprimant quel ton est le principal et quel ton est le secondaire. Deuxièmement, même si les deux tons sont bien amenés et bien accordés, l’introduction d’un passage qui adopte un troisième ton risque de ne pas fonctionner du tout. Un roman effrayant / humoristique peut très bien fonctionner, mais ajoutez-y un chapitre sarcastique ou sincère et vos intentions risquent de devenir difficiles à déchiffrer par le lecteur.

Enfin, soyez avertis : la technique de l’accord de tons peut donner de bons résultats, mais elle ne convient pas à toutes les histoires ni à tous les lecteurs. Certaines personnes sont résolument allergiques aux changements de ton, et l’introduction d’un instant de légèreté dans un texte grave ou effrayant, même amené avec délicatesse, risque de les dégoûter du texte. Certaines personnes n’aiment pas le sucré-salé, c’est ainsi, et ce n’est ni bien, ni mal.

Enfin, opter pour deux tons, même si vous êtes un styliste doué, risque de gommer l’impact émotionnel de certaines scènes de votre histoire. Ce que vous gagnez en diversité, vous risquez de le perdre en profondeur. Donc si vous souhaitez écrire un roman vraiment drôle ou vraiment triste, concentrez-vous sur un ton unique et évitez les mélanges.