Les médias

blog les médias

Quand on est autrice et auteur, une fois qu’on est parvenu à écrire et à publier un roman, une des préoccupations suivantes est de communiquer la nouvelle au public, afin d’avoir des lectrices et lecteurs. Eh oui, avouez que ça serait dommage de s’être donné tant d’efforts pour que votre œuvre passe inaperçu. Pour éviter cette tragédie, il faut utiliser tous les moyens à votre disposition afin de crier sur tous les toits que vous existez, votre bouquin aussi, et que, diable, il pourrait devenir, qui sait, le livre préféré de nombreux lecteurs.

Et un ce ces moyens, c’est de faire appel aux médias.

Comme je suis journaliste radio, en-dehors de mon activité d’auteur et de blogueur, je suis idéalement placé pour vous donner quelques astuces dans cette démarche. C’est pourquoi ce billet et les suivants sont consacrés à cette question, et qu’il ne faut surtout pas hésiter à me laisser un commentaire si vous avez une question plus spécifique.

Mais avant de passer aux considérations pratiques, posons-nous la première question qui s’impose : pourquoi, pour un auteur, faire appel aux médias ?

La raison principale, c’est qu’en le faisant, vous bénéficiez de leur audience. À travers eux, votre texte va atteindre leurs lecteurs, auditeurs, téléspectateurs, abonnés, ce qui potentiellement, peut lui donner un retentissement qu’il n’aurait pas sans cette intervention. C’est particulièrement le cas pour la littérature de genre, dont on ne parle traditionnellement que dans des cercles relativement fermés : en passant par la presse, vous pouvez toucher le grand public, ou en tout cas un petit segment. Un article bien tourné, pour le dire autrement, peut augmenter vos ventes.

Obtenir la considération d’un organe de presse reconnu augmente également votre crédibilité : si on parle de votre roman dans les médias, vos démarches auprès des libraires, par exemple, pour organiser des séances de dédicaces, n’en seront que facilitées.

Les journalistes sont exactement aussi paresseux que n’importe qui d’autre

Mais pour que ça fonctionne, il est également nécessaire de comprendre ce qu’un journaliste recherche de son côté. C’est assez différent. Lui (ou elle), a une mission : rapporter l’actualité (artistique ou régionale, selon à qui vous vous adressez). Il a également une rubrique à remplir, ce qui parfois recoupe la même considération, et parfois non. Enfin, comme à peu près n’importe qui, il aimerait parvenir à faire cela sans trop se fatiguer.

Qu’est-ce que ces trois critères signifient pour vous, qui souhaitez que l’on parle de votre livre dans les médias ?

Le premier, le souhait de justesse, de coller au plus près de l’actualité, nécessite que vous plaidiez en faveur de votre roman : il s’agit de le présenter comme une information digne d’être rapportée, qui répond aux préoccupations du public. Nous verrons de manière détaillée comment procéder dans l’article que je consacrerai aux communiqués de presse.

Le deuxième critère, soit la nécessité pour le journaliste de produire du contenu régulièrement pour une rubrique, va influencer le facteur temps. Cela signifie qu’il y a des moments où votre requête sera mieux accueillie que d’autres. Cela peut aussi vouloir dire, étant donné qu’un roman reste d’actualité plus longtemps qu’une exposition ou un festival, qu’un média à qui vous vous êtes adressée peut potentiellement vous recontacter plusieurs jours, voire plusieurs semaines après la première prise de contact. Essentiellement, dès qu’il y a un trou à boucher dans la rubrique, votre roman passe de la catégorie « Mouais, on en parlera peut-être un jour » à « Pourquoi pas aujourd’hui ? »

Les journalistes sont exactement aussi paresseux que n’importe qui d’autre, ce qui est un élément essentiel à comprendre pour qui souhaite faire appel à leurs services. C’est le troisième critère, et il signifie que pour attirer l’attention des médias, il faut leur mâcher le travail : toutes les informations essentielles doivent leur être communiquées de manière synthétique, et si vous pouvez, en leur envoyant un premier mail, déjà leur suggérer à quoi pourrait ressembler leur article, cela augmente vos chances de les intéresser.

Chacun se rend disponible pour l’autre

Là aussi, on verra comment procéder dans un article suivant. Mais retenez ce principe essentiel : si vous n’êtes pas clair, ou que vous n’incluez pas des informations essentielles, comme des numéros de contact, vous diminuer vos chances que l’on parle de votre bouquin. Si le gars ou la fille à qui vous envoyez votre mail doit faire des recherches pour comprendre où vous voulez en venir, il est fort probable qu’il préfère se lancer à la place dans un autre sujet moins coriace. Oui, c’est le principe du moindre effort, omniprésent dans les professions qui doivent travailler vite.

Attention, soyez subtils et ne refermez pas les portes avant que celles-ci ne s’ouvrent. Si, dans votre approche, vous donnez l’impression que le journaliste vous doit quelque chose et qu’il est donc normal qu’il parle de vous, ou que vous connaissez mieux son métier que lui-même et que vous allez donc lui dire quand et comment évoquer votre roman, votre message va terminer immédiatement dans la corbeille de son ordinateur. En plus d’être paresseux, un journaliste est un être fier. Il n’apprécie pas que des inconnus viennent lui dicter sa conduite. Vous êtes là pour leur soumettre une suggestion qui n’engage à rien, pas pour leur imposer quoi que ce soit.

Dans une démarche d’approche des médias telle que celle que je décris ici, il y a un échange implicite : chacun y trouve son intérêt, et chacun se rend disponible pour l’autre. Le journaliste accepte de vous consacrer un peu de son temps, et en échange, il faut que vous libériez un peu du votre. S’il a besoin de vous poser des questions au téléphone, aménagez le temps qu’il faut ; s’il veut vous voir pour enregistrer vos réponses ou tourner un sujet vidéo, n’ergotez pas sur le moment du rendez-vous ; s’il vous pose des questions que vous jugez idiotes, faites preuve de patience et de compréhension, même s’il faut s’y reprendre à plusieurs fois pour que vous vous fassiez comprendre. Et attention, c’est important : si vous communiquez votre numéro de téléphone à un journaliste, il faut répondre quand il vous appelle. Pas sûr que vous ayez une seconde chance.

Parce qu’au fond, c’est ça, interagir avec un journaliste : une conversation, dans un cadre précis, sur un sujet qui vous tient à cœur, et qui, si elle se passe bien, peut mener à de nombreuses autres conversations encore plus fructueuses.

 

Se mettre dans de bonnes conditions

blog conditions

Certaines personnes sont capables d’écrire partout, tout le temps, sur n’importe quel format, même en marchant, même sous la pluie, même en se faisant attaquer par un alligator. Rien ne parvient à les déconcentrer.

Il faut malgré tout reconnaître que ces auteurs imperturbables sont plutôt rares.

En règle générale, pour écrire avec un minimum d’efficacité, il est préférable d’être capable de se concentrer, ce qui nécessite de réunir un certain nombre de conditions. Ce ne sont pas les mêmes pour tout le monde, d’ailleurs : chaque auteur est différents et ce qui perturbe les uns peut stimuler les autres, et inversement. On peut malgré tout esquisser quelques attitudes générales à adopter afin de se mettre dans le bon état d’esprit pour s’attaquer à une production littéraire.

Se concentrer, c’est éviter les perturbations, c’est-à-dire toutes les situations qui font que notre attention est, en partie ou en totalité, ailleurs que sur le texte sur lequel on est supposé bosser.

Essayez le silence pour changer – idéalement le silence complet

En deux mots : plus il y a d’influx différents qui arrivent dans notre tête, plus le fil de nos pensées se sent à l’étroit et doit se débattre pour tenter d’accoucher d’une idée à peu près potable. Vous avez pris l’habitude d’écrire avec de la musique et la télé allumée dans le fond, les voisins qui hurlent et les klaxons de la rue d’à côté ? Essayez le silence, pour changer – idéalement le silence complet. Celles et ceux qui ont coutume de se remplir la tête avec toutes sortes de flux d’informations parallèles sont souvent étonnés de ce qu’ils parviennent à obtenir quand ils se retrouvent confrontés avec la seule musique de leurs mots.

Pendant qu’on y est, évitez d’écrire quand vous avez faim, soif, que vous êtes malades ou lorsqu’il y a quelque chose d’absolument crucial que vous devriez être en train de faire et que vous êtes rongés de remords à l’idée que vous perdez votre temps devant votre clavier (sortir les poubelles, sortir le chien, faire vos devoirs, payer vos factures, etc…) Éliminez toutes ces sources de perturbation d’abord, et écrivez ensuite, vous vous sentirez mieux.

Se concentrer, c’est aussi éviter les distractions, soit toutes les tentations qui risquent de nous faire délaisser l’écriture au profit d’autres activités.

Eh oui. Parce que pour écrire, il faut effectivement écrire – ça me parait assez évident. Si vous faites autre chose, vous n’êtes pas en train d’écrire, et donc, au final, vous n’avez pas écrit. Vous me dites si j’enfonce des portes ouvertes, OK ? Bref, se mettre dans de bonnes conditions pour écrire, ça consiste aussi à se débarrasser de tout ce qui pourrait nous pousser à nous en éloigner.

Notre cyberexistence n’est pas la seule source de distraction

A notre époque, la première source de distraction, c’est votre connexion. Web, mail, SMS, programmes de chats : si votre téléphone n’arrête pas de sonner, si vous êtes à tout bout de champ tenté de consulter un moteur de recherche pour trouver des réponses à des questions qui n’ont pas beaucoup d’intérêt, vous n’allez pas être très productif, voire même pas du tout. Si vous pensez que vous arrivez à vous discipliner, très bien (j’ai aussi cette chance). Si vous pensez qu’il s’agit d’un de vos points faibles, éteignez (oui, complètement) votre téléphone et, arrangez-vous pour que l’icône qui mène au web soit caché quelque part dans les menus plutôt que là, à vous narguer, sur la barre de tâches. Et si vraiment la tentation électronique est trop grande, vous prenez un carnet, un crayon, et vous allez écrire dans un parc public – ne riez pas j’en connais qui font exactement ça.

Mais notre cyberexistence n’est pas la seule source de distraction. La vie réelle elle aussi comporte des risques : en particulier, toutes sortes d’obligations qui prennent le pas sur vos activités d’écriture. Plutôt que de devoir vous éloigner de votre texte parce que c’est l’heure de manger, que vous devez chauffer un biberon, qu’on sonne à la porte, que vous avez rendez-vous chez le dentiste… ménagez-vous des plages où vous pouvez écrire sans risque d’être dérangé, par exemple tôt le matin ou tard le soir. Mieux vaut écrire une demi-heure chaque jour en étant peinard que deux heures en étant sollicité. Faites preuve de diplomatie et arrangez-vous que celles et ceux qui partagent votre vie comprennent votre besoin de tranquillité – en général, ils vous laisseront bien volontiers tranquilles si vous vous montrez disponibles le reste du temps.

Il s’agit de trouver le bon équilibre

Se concentrer, c’est, également, ouvrir la porte à l’inspiration. Et là, c’est exactement le contraire de tout ce que je viens de dire. Parfois, se mettre dans de bonnes conditions pour écrire, c’est aussi accepter les perturbations et même les distractions qui accaparent une partie de notre attention. J’aurai l’occasion d’y revenir dans une prochaine chronique, mais la musique peut aider les auteurs autant qu’elle peut les bloquer ; avoir accès à un moteur de recherche peut faire fleurir vos idées tout autant que cela risque de vous faire perdre le fil de vos pensées ; être au contact des gens que vous aimez peut vous inspirer autant que cela peut vous déconcentrer…

Le tout est de se montrer lucide par rapport à tout ça, de faire l’effort de se connaître et de faire l’expérience de plusieurs conditions différentes d’écriture. Il s’agit de trouver le bon équilibre entre la discipline que requiert l’acte d’écrire et le chaos indispensable à l’impulsion créatrice : vous seuls êtes capables de savoir où placer le curseur en ce qui vous concerne.

Atelier : tentez l’expérience d’écrire deux fois la même histoire (un conte ou une scène de roman, juste quelques pages). La première fois, faites-le en état d’hyperstimulation, avec de la musique, la télé, un ordinateur allumé, à boire, à manger, des gens et des animaux autour de vous, etc… La seconde fois, faites-le seul, dans le silence total, sans aucune source de distraction. Comparez les deux expériences, et surtout comparez le résultat. En quoi votre manière d’écrire se modifie-t-elle lorsque vous lui consacrez votre entière attention ?