Blogueurs & podcasteurs

blog blogueurs et podcasteurs

Dans les derniers articles de cette série consacrée aux relations entre les écrivains et les médias, je me suis focalisé sur les médias traditionnels : presse écrite, radio, télévision. Il ne s’agit cependant pas du seul canal d’expression intéressant pour les auteurs et la littérature : les blogueurs, youtubeurs et podcasteurs méritent qu’on s’attarde sur leur cas plus spécifiquement.

Ici, je parle des cas où une podcasteuse, une blogueuse ou une youtubeuse décide de se pencher sur vous et votre roman. L’autopromotion en ligne est également un sujet intéressant, mais ce n’est pas celui de ce billet.

Les médias en ligne, en deux mots, sont comme les autres médias, mais tout y est légèrement différent. C’est comme découvrir un monde parallèle où les points de repère deviennent méconnaissables, même si l’impression d’ensemble reste semblable. Cela signifie qu’une bonne partie des conseils que je vous ai délivrés lors des billets précédents restent valables, mais qu’il faut les interpréter d’une autre manière.

La première différence, c’est le niveau de professionnalisme. Si vous faites appel aux médias traditionnels, vous allez presque à coup sûr tomber sur des journalistes professionnels, formés, salariés, qui travaillent pour une entreprise médiatique en bonne et due forme. Ça ne garantit pas la qualité du produit final, mais disons qu’au moins, il y aura un socle de compétence de base. Dans la galaxie des blogs et des podcasts, c’est beaucoup moins sûr : la grande majorité des individus actifs sur ces plateformes sont des amateurs, et même ceux qui parviennent à en vivre sont généralement des autodidactes.

Les gens qui vont vous lire ou vous écouter, c’est votre lectorat naturel

Cette différence a des répercussions positives et négatives. Un monde d’amateurs, c’est un monde de passionnés : les personnes à qui vous aurez affaire lorsque vous contactez un blog (ou lorsque vous êtes vous-mêmes contactés), appartiennent au même univers que vous, ils ont les mêmes centres d’intérêt, les mêmes références. En plus, le public auquel ils s’adressent est lui aussi ciblé, et susceptible d’être intéressé au genre de roman que vous leur proposez. Les gens qui vont vous lire ou vous écouter, c’est votre lectorat naturel, tout simplement. Et puis dans ce cadre, vous pouvez vous montrer plus à votre aise : tout le monde va comprendre où vous voulez en venir lorsque vous parlez de votre projet, même si vous vous permettez d’utiliser une référence un peu obscure.

Un blog, un podcast ou un canal YouTube, c’est également une expérience bien moins formatée que celle des médias traditionnels. En général, vous allez y bénéficier de plus de place, de temps, et de liberté pour y développer vos arguments. On vous posera davantage de questions, dans une parole moins calibrée, moins consensuelle et moins grand public que celle de la radio et la télévision. J’ai eu l’occasion de dire qu’on ressort souvent frustré d’une interview en direct à la radio ou à la télévision. Ce n’est que rarement le cas d’un podcast, qui peut durer des heures, et ne met à l’épreuve, éventuellement, que la patience de ses auditeurs.

Ces médias du 21e siècle sont également plus accessibles. Organiser une interview se fait très facilement, parfois sur simple demande de l’auteur. Sur ce blog, le Fictiologue, il m’est arrivé de consacrer du temps et de la place à des écrivains, simplement parce que ceux-ci me l’avaient demandé poliment. À l’inverse, j’ai également été contacté par des blogueurs et podcasteurs pour répondre à leurs questions, sur la base d’un simple courriel. Ici, tout est facile : il est rarement question de communiqués de presse.

Mais la médaille a un revers. Pour commencer, l’impact des médias en ligne n’est pas aussi grand que celui des médias traditionnels. Oui, certains YouTubeurs ont des millions d’abonnés. Mais la plupart de ceux avec qui vous allez avoir affaire n’obtiennent que quelques centaines de clics par jour. Et même les stars du domaine s’adressent à un public déjà saturé d’informations sur la littérature et sur le divertissement en général. Votre roman risque de se perdre au milieu de milliers de sujets semblables.

La déontologie est souvent problématique dans les médias en ligne

Se tourner vers des amateurs, c’est aussi, de temps en temps, risquer de se voir interrogé par des individus qui, malgré leur enthousiasme, ne savent pas construire une interview, hiérarchiser l’information, mener des recherches. Parfois, en lisant un entretien qui paraît sur un blog, on est frustré de constater que des questions qui auraient pu être intéressantes n’ont pas été abordées, tout simplement parce que personne n’y a pensé. À l’inverse, cela signifie que de nombreuses personnes actives en ligne se perfectionnent et apprennent le métier sur le tas, ce qui est réjouissant.

La déontologie est souvent problématique dans les médias en ligne. En principe, dans un média traditionnel, il existe une séparation stricte entre la rédaction et le secteur commercial. Sur un blog, la rédaction EST le secteur commercial, en tout cas dans la plupart des cas, ce qui explique la pratique des « services de presse » ou des partenariats entre blogueurs et éditeurs, des pratiques courantes dans la blogosphère, qui brouillent les frontières entre contenu publicitaire et rédactionnel, et qu’on imaginerait mal dans les médias traditionnels. De même, il existe une certaine bienveillance, pour ne pas parler de complaisance, entre les blogueurs, youtubeurs ou podcasteurs : il est rare de voir émerger des voix réellement critiques au sein de la communauté.

Mais ça, ça n’est pas nécessairement votre principale préoccupation en tant que romancier. Au contraire, le flou artistique qui peut exister dans la blogosphère entre information et promotion ne peut qu’avantager votre démarche, qui consiste à faire parler de vos romans. Gardez simplement à l’esprit que le blog, le podcast et les plateformes vidéo en ligne constituent eux aussi des médias, qui ont leurs propres codes, leurs propres inconvénients et leurs propres avantages, et que chacun d’entre eux peut contribuer à la promotion de votre œuvre.

 

Se faire interviewer en direct

blog interviewer en direct

Dans un billet précédent, j’ai abordé le thème de l’interview, c’est-à-dire l’interaction de base entre un romancier et un journaliste. Comme je l’avais mentionné, j’avais conservé pour plus tard un cas d’espèce qui fait figure d’exception et qui nécessite qu’on l’examine de manière spécifique : l’interview en direct.

Lorsque vous, auteur, vous contactez un média audiovisuel par le biais d’un communiqué de presse, il est possible que celui-ci vous invite à participer à une émission en live, pour parler de vos écrits. Il s’agit d’un exercice très différent de l’interview en différé, que nous avons déjà examinée, avec des difficultés qui lui sont propres, mais aussi avec des avantages et des inconvénients spécifiques.

Pour commencer : si une radio, une télévision, ou un média en ligne, vous propose une interview en direct, dites oui. Acceptez, même si vous êtes timide, même si vous n’avez jamais fait ce genre de chose, même si vous avez peur de raconter n’importe quoi.

Il y au moins trois bonnes raisons de le faire : premièrement, il s’agit d’une expérience mémorable, qui marquera à coup sûr la campagne de promotion de votre ouvrage, et vous offrira un surcroît de visibilité aux yeux de celles et ceux qui doutent de vous ; deuxièmement, les interviews en direct, en particulier à la radio, sont programmées aux heures de grande écoute, c’est donc l’occasion de toucher énormément de monde ; troisièmement, vos propos ne seront pas raccourcis ni édités, et vous aurez un temps de parole bien plus important que lors de la diffusion d’un sujet préenregistré.

Soyez détendus et profitez de l’instant

Comment se préparer à un rendez-vous de ce genre ? J’aurais tendance à dire qu’il n’y a rien à faire : prêt, vous l’êtes déjà. Si vous avez été invité à une interview en direct, c’est qu’on a envie que vous parliez de ce que vous êtes et de ce que vous faites. Cela ne réclame aucun travail supplémentaire. Soyez détendus et profitez de l’instant. Et habillez-vous correctement : de nos jours, même les radios vous filment.

Mais si vous êtes dans les bonnes dispositions d’esprit pour savoir quoi raconter, il peut être utile de vous renseigner sur le cadre de l’interview. Normalement, le journaliste ou l’animateur qui vous a contacté prendra le soin de vous renseigner à ce sujet, mais si ce n’est pas le cas, n’hésitez pas à poser des questions, et à demander combien de temps dure l’intervention à l’antenne, si elle se fait en une ou en plusieurs parties, combien de personnes vont vous poser des questions, et, le cas échéant, si vous pouvez avoir un aperçu de ce qu’on va vous demander (ça n’est pas toujours possible).

Une interview en direct, c’est une conversation, même si c’est une conversation qui se déroule dans un cadre inhabituel, avec des règles strictes. Mais cela veut dire que, potentiellement, tout ce que vous allez raconter peut donner lieu à une question qui n’était pas prévue, et que, si vous vous montrez bavard, certains aspects de votre roman seront abordés plus longuement que d’autres.

On a tendance à dire que la bonne longueur pour une réponse en radio est comprise entre vingt et quarante secondes (c’est encore plus court à la télévision). Cela dit, à moins que vous ne soyez aguerri à l’exercice, il vous sera très difficile de calibrer votre temps de parole avec une telle précision. Ce que je vous suggère, c’est d’éviter absolument des réponses trop courtes (dix secondes ou moins), qui risquent de mettre l’intervieweur dans l’embarras. Donc si possible, pas de réponses par « oui » ou par « non. » De même, ne vous lancez pas dans des explications interminables – même si, dans ce cas, vous allez probablement vous faire interrompre par les gens qui vous posent des questions.

Il est plus que probable que vous finissiez l’interview avec une certaine frustration

Au cours de ma carrière à la radio, j’ai interviewé des milliers de personnes. Dans leur grande majorité, celles-ci n’avaient aucune expérience de l’antenne. Une crainte fréquemment exprimée, c’est celle de chercher ses mots, de balbutier, de manquer de clarté. Sortez-vous cette idée de la tête : ça n’a aucune importance. Les auditeurs entendront deux personnes parler, et ils ne remarqueront même pas les petites hésitations qui font partie de n’importe quelle conversation naturelle.

Une autre crainte, c’est celle de ne pas parvenir à dire tout ce que vous avez prévu. Celle-ci est bien plus réelle : il est plus que probable que vous finissiez l’interview avec une certaine frustration. Le temps passe très vite quand on est en direct, et on n’a jamais le temps d’aborder tous les sujets qu’on aurait voulu. À l’heure du bilan, on a même tendance à penser davantage à ce qu’on n’a pas dit qu’à ce qu’on est parvenu à dire. Une manière de se réconforter, c’est de penser aux auditeurs ou aux téléspectateurs, qui eux, n’ont sans doute majoritairement jamais entend parler de vous et de vos écrits, et pour qui chacun de vos propos constitue une découverte.

Partant de ce constat, j’ai un conseil. Ayant eu l’occasion d’être moi-même interviewé quelques fois à la radio et à la télévision, je suis arrivé à la conclusion que la tactique gagnante pour un auteur réside moins dans le contenu que dans la manière. Je m’explique : après avoir si longuement travaillé sur votre roman, vous avez sans doute très envie de parler de vos personnages et de votre univers, ou encore des particularités de votre œuvre. Vous pouvez le faire si vous le souhaitez, mais ce qui va retenir davantage l’attention des auditeurs, et donc en faire, potentiellement, de futurs lecteurs, c’est vous. Si, lors de l’interview, vous vous montrez enthousiaste, drôle, de bonne humeur, spirituel et enjoué, vous allez faire passer un bon moment à celles et ceux qui vous écoutent, qui seront dès lors plus motivés à découvrir votre œuvre. En radio, à la télévision, ce n’est pas facile de parler de littérature, mais on peut aisément transmettre l’envie de mieux connaître un auteur. Alors mettez vos appréhensions de côté et ayez la pêche lors du grand jour.

L’interview est en direct, mais elle a également un prolongement différé. De nos jours, presque tous les médias enregistrent leurs contenus en direct et les mettent à la disposition du public sur leur site web ainsi que sur les réseaux. Cela signifie que vous allez pouvoir vous réécouter ou vous revoir (ce qui n’est pas nécessairement agréable), mais aussi que vous allez pouvoir partager l’interview sur vos canaux à vous, sites, groupes, forums, réseaux, afin d’en tirer le meilleur parti promotionnel.

Répondre à une interview

blog répondre interview

Dans ses relations avec les médias, une autrice ou un auteur de romans va vraisemblablement, tôt ou tard, être soumis à une interview, qu’il l’ait sollicitée ou non par le biais d’un communiqué de presse. Comme toutes les interactions médiatiques, il s’agit d’un exercice qui mérite qu’on s’y prépare un minimum.

Et pour commencer, ayons les idées claires au sujet des définitions, ça ne peut pas faire de mal. Le mot « interview » renvoie à deux réalités distinctes, que l’on a tendance à confondre.

Pour commencer, il s’agit d’une technique qui consiste à obtenir des informations en posant des questions à un individu. Cette méthode peut être utilisée dans un contexte médiatique : une bonne partie du travail journalistique consiste à recueillir des réponses en posant des questions à des personnes bien informées, et à se servir des infos recueillies pour rédiger des articles, des brèves, des analyses, des témoignages, des portraits, et bien d’autres formes encore. Mais l’interview existe dans un cadre bien plus large : un entretien d’embauche, par exemple, n’est rien d’autre qu’une interview qui porte sur les capacités professionnelles et la motivation d’un candidat à un poste de travail.

La seconde définition du mot « interview » désigne spécifiquement une forme journalistique, qui consiste à présenter sous forme de questions-réponses les informations recueillies par le biais de la technique décrite ci-dessus. L’ambiguïté du terme fait que ce n’est pas parce qu’un journaliste vous interviewe qu’il va publier le résultat de votre entretien sous la forme d’une interview. Et puis il existe également des interviews en direct, auxquelles je vais consacrer un prochain billet.

Mais ici, j’aborde une question utile pour les auteurs, dans leurs relations avec les médias : comment se passe une interview avec un journaliste, qu’en attend-il, comment vous y préparer et que va-t-il advenir de vos réponses ?

Vous ne devriez avoir aucune peine à trouver des réponses

Au fond, pour celle ou celui qui répond aux questions, « interview » est un bien grand mot pour une conversation. Que ce soit face-à-face, par téléphone, ou même par messagerie, par mail ou par vidéoconférence, le journaliste qui vous a contacté va vous poser une série de questions, et vous allez y répondre. Dans certains cas, cela peut prendre pas mal de temps. Les rédacteurs de la presse écrite, en particulier, aiment bien accumuler beaucoup plus d’informations que nécessaire. Si on ne vous en informe pas, demandez combien de temps vous devez prévoir, et aménagez votre agenda en conséquence.

Comme l’entretien porte sur des sujets que vous connaissez par cœur – vous et votre roman – vous ne devriez avoir aucune peine à trouver des réponses. Ce sera le cas pour tout ce qui est factuel – comment s’appelle votre livre, de quoi il parle, ce qui vous a motivé à vous lancer dans l’écriture, etc… – mais attendez-vous également à des questions plus déconcertantes, concernant votre ressenti, ou la signification profonde de votre démarche. Là, parfois vous aurez la réponse, parfois non, et ce n’est pas grave. Le journaliste vous pose ces questions pour ajouter un aspect émotionnel à son papier, pour l’humaniser : il part à la pêche, et ne s’attend pas à ce que ça morde à tous les coups. Ne soyez donc pas désarçonné si les mots vous manquent.

N’hésitez pas à demander ce que le journaliste compte faire de votre entretien. Parfois, il sera publié sous la forme d’une interview, en discours direct ou rapporté. Parfois, les informations recueillies serviront simplement à alimenter un article sur votre livre, voire une critique, ou même simplement une petite brève. Souvent, on pourra vous renseigner assez précisément sur la forme et sur la longueur de l’article prévu, ainsi que sur la date de parution (ou de diffusion). Parfois, cependant, le journaliste n’a pas d’idée précise en tête, et attend vos réponses pour savoir quelle est la meilleure manière de s’en servir.

Quel que soit le résultat, attendez-vous à ce que la grande majorité de votre propos ne figure pas dans l’article ou le sujet produit. Une partie du travail rédactionnel consiste à résumer, à condenser, ce qui peut être frustrant pour vous si vous avez passé deux heures à répondre à des questions pour alimenter un sujet de deux paragraphes. Dans le cas d’une interview radio ou télévisée, il est possible que vous soyez enregistré pendant un quart d’heure et que le seul extrait utilisé au final dure quinze secondes. C’est le jeu. Dites-vous que vos réponses auront permis d’alimenter le reste du sujet et d’en assurer la qualité ; que vous vous adressez, à travers les médias, à un public qui ne vous connaît pas du tout, et que toute information constitue un progrès pour vous ; enfin, il s’agit d’une prise de contact, qui peut déboucher sur d’autres sujets à l’avenir.

Plus longues seront vos réponses, plus elles seront raccourcies

Cela signifie aussi que plus longues seront vos réponses, plus elles seront raccourcies, résumées, montées par le journaliste. Faut-il alors opter pour la brièveté, et vous contenter de répondre à coups de slogans de vingt secondes ? C’est le choix de nombreux politiciens, qui s’arrangent ainsi pour que leur message rentre dans les formats resserrés des médias, en subissant les moins d’altérations possible. Cela peut aussi être le vôtre. Encore qu’un sujet consacré à la littérature soit, par nature, moins sensible qu’un reportage sur le budget d’une collectivité publique, cela ne vous empêche pas de choisir vous aussi une approche ciblée. Le risque, si vous n’avez pas été entraîné pour ça, c’est que vos mini-réponses préparées à l’avance ne soient pas très vivantes, et donc pas intéressante pour le public. Il est également possible qu’à vouloir résumer, vous omettiez vous-mêmes des informations intéressantes. Donc au fond, tout dépend du rapport de confiance que vous parvenez à tisser avec le journaliste.

Si, à la fin de l’entretien, un aspect qui vous parait crucial n’a pas été abordé, ou pas suffisamment, n’hésitez pas à le mentionner : il peut s’agir d’un oubli – rappelez-vous que le journaliste n’a pas la vision d’ensemble que vous avez. La plupart du temps, on vous sera reconnaissant de ce complément, même si cela ne garantit en rien que l’information en question figure dans la version finale de l’article.

De même, il peut arriver que vous soyez recontactés par le journaliste après l’interview. Au moment de rédiger, celui-ci peut réaliser qu’il lui manque une information, ou qu’il a mal compris quelque chose, et va donc vous réclamer quelques précisions.

Si vous avez des questions sur ce sujet, j’y répondrai avec plaisir. Comme je l’ai mentionné, je suis journaliste et auteur, j’ai été des deux côtés de la barrière, et je suis donc à même d’apporter un éclairage et de vous fournir des astuces.

Interviewé par Lecrivaint.ch

petit truc copie

À ma grande honte, je réalise que j’ai oublié de vous en tenir au courant – il faut dire que tout cela s’est déroulé pendant la période des fêtes, peu propices aux activités extracurriculaires.

Mon ami François Curchod, auteur de talent et blogueur sur son site ecritvain.ch, m’a fait l’honneur de me consacrer une interview. L’idée était originale: chaque personne qui se prêtait à l’exercice choisissait des chiffres qui débouchaient sur des questions sélectionnées au hasard. François en a tiré un texte qui est très agréablement mis en page, à la manière d’un journal.

Vous pouvez lire le résultat ici.

ecritvain

Au passage, prenez le temps de vous attarder sur son blog et de le découvrir, en particulier à travers ses nouvelles, qu’il publie en ligne sous la forme de feuilletons. Encore merci, François !

L’interview: James Barbier

Il a écrit un roman qui s’intitule « Le chef de rang désenchanté« , dont l’action se situe dans le milieu de l’hôtellerie-restauration et il se fait appeler James Barbier. Voilà tout ce que cet auteur a envie de livrer de lui-même à ses lecteurs. Il m’a contacté via Twitter afin de se livrer au jeu de l’interview… mais conserve son goût pour le mystère.

blog interview

Comment est-ce que tu résumerais « Le chef de rang désenchanté » ?

L’histoire de Jason, un salarié laissé pour compte par sa hiérarchie qui lui refuse toute évolution professionnelle et favorise des collègues rivaux moins méritants. L’amertume gagne Jason.

D’où vient ce projet ? Qu’est-ce qui t’a donné envie d’écrire ce livre ?

Dénoncer des injustices dans le monde du travail, remettre la hiérarchie à sa place.

Tu as travaillé dans l’hôtellerie-restauration. Est-ce qu’il faut y voir un aspect autobiographique ? Où se situe la frontière entre le vécu et la fiction ?

Je suis issu de l’hôtellerie-Restauration. Cela m’a aidé pour le cadre de l’histoire et les activités exercées par les employés dans la restauration… La frontière restera un mystère.

Pourquoi choisir de raconter cette histoire à la troisième personne ?

Je voulais que l’histoire soit racontée du point de vue de Jason, et je ne suis pas à l’aise pour écrire à la première personne dans un roman entier.

On sent un sentiment de colère qui anime ce livre. S’agit-il d’un livre militant ?

La colère est légitime vu l’affront et la déception de Jason… Non, ce n’est pas un livre militant, je n’ai pas la prétention de croire que je vais changer le monde du travail avec un livre. Je ne suis pas un militant, mais quand j’ai quelque chose à dire je le dit.

DgKS9-2X4AAFqG4

Qu’est-ce que tu souhaites que les lecteurs en retiennent ?

Si votre lieu de travail est trop nocif, partez! Ne laissez pas vos employeurs jouer sur vos nerfs.

Qu’est-ce que son écriture t’a apporté à toi ? Était-ce une expérience cathartique ?

La liberté… Cathartique dans un sens, oui. Car je peux y dire des choses qui seraient plus difficiles à placer dans une conversation. En particulier avec le roman que j’écris en ce moment.

Pourquoi écrire, d’ailleurs ? Qu’est-ce qui te pousse vers ce moyen d’expression ? Comment est-ce que ça a commencé pour toi ?

Je pense que j’écris des histoires que j’aimerais moi-même lire, trouver dans des livres… Au lycée, l’envie me prenait de noter, dans des carnets, des idées d’histoires, d’intrigues, de saga sur neuf tomes… J’ai eu beaucoup de projets inachevés avant « Le chef de rang désenchanté. »

Qu’est-ce que tu retiens des retours et des critiques des lecteurs qui ont lu ton roman jusqu’ici ?

Du positif, du négatif. Je ne m’attendais pas à faire l’unanimité.

Tu es très présent sur les réseaux sociaux pour promouvoir ce livre. Qu’est-ce que ça t’apporte ?

Je suis juste présent sur Twitter. Un peu trop, je l’admets. Twitter a quelque chose d’addictif malgré toutes les bêtises qui y défilent à longueur de journée… Un peu d’exposition pour mon livre. C’est toujours mieux que rien quand on n’a pas son rond de serviette sur les plateaux télévisés.

Pourtant, tu livres peu de toi-même : tes lecteurs ne savent pas grand-chose à ton sujet. Pourquoi cette discrétion ?

Certaines personnes font le choix de raconter via photos le détail de leurs journées, ce n’est pas mon cas. Je ne pense pas que la composition de mon petit déjeuner passionne la France twitterienne.

Quelle est ton approche de l’écriture ? Est-ce que tu as une méthode ? Des habitudes ?

J’ai besoin de calme. Mes périodes propices pour l’écriture sont la soirée et la nuit.

Un conseil, une suggestion à ceux qui te lisent et qui ont envie d’écrire ?

A toutes celles et ceux qui ont envie d’écrire, ne renoncez pas face aux avalanches de refus des éditeurs.

Au-delà de ton premier roman, est-ce que tu as d’autres projets en préparation ? D’autres envies d’écriture ?

Je planche actuellement sur le tome 1 d’une saga. Six tomes sont prévus. Je n’en dirai pas plus… pour l’instant.

L’interview: Charlene Kobel

Romantique dans l’âme, Charlene Kobel a également contracté le virus de l’écriture très tôt. Et depuis 2015, année de la sortie de son premier roman, elle enchaîne les succès, s’illustrant principalement dans le genre de la romance. Elle est membre, comme moi, du GAHeLiG, le groupe des Auteurs helvétiques de littérature de genre.

blog interview

Pourquoi écris-tu ? Qu’est-ce qui est venu en premier, ton esprit romantique ou ton envie d’écrire ?

J’écris parce que j’aime ça et parce que c’est avant tout une passion ! J’ai toujours été romantique et j’ai toujours écris. Je ne saurais dire lequel est arrivé en premier…

Pour qu’une romance soit réussie, il faut qu’elle touche la personne qui la lit. Comment t’y prends-tu ?

En fait, j’écris ce que j’aimerais lire. J’aime les romances douces, celles qui peuvent être réelle où les sentiments sont omniprésents. J’ai besoin de voyager quand je lis. Le monde actuel est tellement ignoble par bien des aspects que les livres (et ma famille) me permettent de croire encore à l’Amour.

53893334_2537015746326040_2380407240654848000_n

Comment qualifierais-tu ton style ?

C’est un style très doux. Mon slogan Purement Romance reflète cette romance très pure, très douce. Je mets également beaucoup d’humour dans mes écrits. C’est important pour moi que mes personnages aient de l’humour !

Qu’est-ce qui est le plus important pour toi ? Bâtir une intrigue bien ficelée, trouver le mot juste ou inventer des personnages attachants ?

Tout ça à la fois ! Une romance aussi doit avoir une intrigue ficelée. Le mot juste, il l’est pour une personne, mais le même ne le sera pas pour une autre. C’est assez difficile à dire… Des personnages attachants… Si un roman est bien ficelé mais qu’on ne s’attache pas aux personnages, je ne pense pas que ce soit un roman réussi 🙂

« Un bon roman, ça vient d’une histoire qui tombe au moment approprié dans votre vie » a dit Guillaume Musso. Quelle part de toi y a-t-il dans tes écrits ? Dans tes personnages ?

Oh, il y a énormément de moi dans mes écrits et mes personnages. Prenez Camille du roman Camille, miss cata (malgré moi) ; elle me ressemble à son âge. J’étais insouciante comme elle, j’avais appris à me méfier des garçons et, à côté de ça, j’étais maladroite, je cumulais les bourdes et ça me faisait rire. Encore aujourd’hui, je suis miss cata !

Est-ce que le fait de devenir maman change ton approche de l’écriture ?

Oui. J’ai envie de mettre des bébés dans chaque roman tant ma fille m’inspire et me fait rire. ^^

La romance est un genre souvent codifié. Est-ce qu’il t’arrive d’avoir envie de t’éloigner des règles du genre ? Est-ce que tu pourrais conclure un livre par une fin triste ?

Non, je ne peux pas concevoir qu’une de mes romances finissent mal… Je serais obligé de faire un second tome ! xD

camille-miss-cata-malgre-moi-1133788

Tu as également écrit des récits consacrés au harcèlement. Est-ce que tu as d’autres envies d’écriture, dans d’autres genres ?

J’ai un projet que je garde encore pour moi, mais ce sera une histoire inspirée de faits réels entre deux amies avec un point en commun qui pourrait les briser, mais au lieu de ça, elles vont s’unir encore plus qu’elles ne l’auraient imaginé…

En parlant de tes écrits, tu parles de sincérité, de pureté. Ta part de noirceur a-t-elle une place dans ton œuvre ?

Je n’ai pas de part de noirceur, voyons… 😉 Si je me suis énervée contre quelqu’un, il est possible que je crée un personnage inspiré de cette personne et que ça se passe mal pour lui… 😉

Certains considèrent que beaucoup de romances ont, dans le passé, véhiculé des clichés patriarcaux, voire sexistes. Est-ce que c’est une préoccupation lorsque tu écris ?

J’écris pour moi, pour mon plaisir. Je dois dire que je ne me prends vraiment pas la tête avec ça. Si ça plaît j’en suis ravie, si ça ne plaît pas, c’est aussi la règle du jeu 🙂

Y a-t-il des thèmes, des éléments que tu t’interdis de traiter ?

Pas vraiment. Si ! Vous ne verrez jamais un de mes personnages jouer à invoquer les esprits avec ses amis, par exemple. Ça c’est un truc que je m’interdis.

ahlg logo

Tu fais partie du GAHeLiG, le Groupe des Auteurs Helvétiques de Littérature de Genre. Y-a-t-il selon toi quelque chose de typiquement suisse dans ton approche de l’écriture ?

Oui ! J’aime écrire nonante au lieu de quatre-vingt-dix. Mettre des expressions de chez moi (Quand mes personnages sont Suisses). Et je vante très souvent notre pays, je l’admets. J’aime tellement les paysages qu’on y trouve et je m’y sens tellement bien…

Un conseil, une suggestion à ceux qui te lisent et qui ont envie d’écrire ?

Ne laissez jamais personne vous dire que c’est impossible ! Foncez, et vous verrez par vous-même si vous êtes fait pour cela !

 

L’interview – Déborah Perez

Tombée amoureuse des rives du Léman, Déborah Perez a quitté sa France natale pour venir y vivre, et y cultiver une carrière de romancière. Son premier roman, « L’étoile de Lowilo », amorce une saga de fantasy. Elle est membre, comme moi, du GAHeLiG, le groupe des Auteurs helvétiques de littérature de genre.

blog interview

Tu ne viens pas d’un milieu littéraire. Qu’est-ce qui fait que tu t’es mise à écrire ?

Effectivement, je ne n’ai pas étudié la littérature et j’en suis heureuse. Dans le cas contraire, je me demande si cela n’aurait pas bridé ma créativité ou mon simple plaisir de lectrice. Avant de me lancer dans l’écriture, je jouais souvent à un jeu pour titiller l’imagination de mes amis. Lorsqu’on se promenait quelque part et que quelque chose retenait mon attention. Je leur demandais : « Imaginez que… » ou « Que feriez-vous si… ? Que se passerait-il si… ? » J’adorais imaginer des situations souvent irréelles.

Le plus vieux texte concerne l’histoire d’une héroïne, archéologue de profession qui doit débusquer un trésor au péril de sa vie. Je devais avoir onze ou douze ans et j’étais certainement influencée par les aventures d’Indiana Jones. Je me rappelle toujours ce sentiment qui s’est alors ancré en moi tandis que j’écrivais sur un cahier à gros carreaux : c’est génial de faire ses propres histoires. Hormis cette anecdote et quelques scénarios pour des films plus qu’amateurs entre amis, l’écriture est venue à moi assez tardivement. Étudiante, je me suis amusée à écrire des textes sur un forum de jeu de rôles. Ils furent bien accueillis. Je prenais beaucoup de plaisir à créer des personnages. Puis des années plus tard, après une expérience professionnelle pour le moins ennuyeuse, j’ai senti l’envie de créer. Et toutes les nouvelles opportunités professionnelles qui s’offraient à moi me rappelaient à quels points certaines personnes étaient éloignées de ma façon de penser. Alors j’en ai eu assez, j’ai refusé de nouveaux contrats de travail en pensant : maintenant, je vais faire une chose qui me plaît et à laquelle je pense depuis trop longtemps. Je vais m’octroyer ce temps au lieu de tourner en rond dans des obligations peu épanouissantes.

C’est ainsi que L’étoile de Lowilo est née.

ded43b_53aef205ace04a97b142f072af3e3ad8_mv2

Qu’est-ce qui t’attire dans la fantasy en particulier ?

En tant que lectrice, je peux explorer un monde différent où l’irréel est normal, je peux vivre de fabuleuses aventures.

En tant qu’auteure, j’aime écrire dans ce genre, car c’est un vivier formidable de possibilité. Tout est à disposition pour l’imagination, elle peut s’exprimer librement sans carcan. Je dicte les règles de ce qui est possible ou non. Je peux visualiser un univers et le former patiemment à la manière d’un architecte, je peux lui donner une histoire, de la matière. Dans ce genre, nous avons la possibilité d’y intégrer de la beauté, des notes de poésie ou de la cruauté, tout est une question de dosage par rapport au message et aux images que l’on souhaite transmettre. Je me sens totalement libre dans la création.

Est-ce que l’imaginaire, c’est important pour toi ?

L’imaginaire est très important pour moi, mais aussi pour l’humanité en général. Si l’homme n’imagine pas, il n’évolue pas. L’imagination est une force créatrice incroyable, sans elle, il n’y aurait pas de progrès. Pour recentrer la question sur ma seule personne, l’imaginaire me permet de vivre épanouie. Grâce à lui, j’ai des projets et des buts. À mon échelle, il me permet de progresser dans ma vie d’auteure et de tous les jours.

Qu’est-ce qui distingue l’Etoile de Lowilo d’autres œuvres de fantasy ?

C’est une question difficile, j’aime la fantasy, mais je ne prétends pas être une spécialiste du genre. Je dirai humblement que j’ai créé un univers qui lui est propre sans vouloir trouver une source d’inspiration. Je n’ai pas voulu utiliser les créatures déjà vues et revues bien qu’un dragon soit présent dans cette histoire.

De plus, je n’ai pas souhaité nourrir les stéréotypes qui poursuivent le genre dans l’esprit de certains. C’est peut-être sur ce point que réside sa force. En effet, j’ai des lecteurs qui ne connaissaient pas le genre ou qui ne l’aimaient pas. Maintenant, ils attendent avec impatience la suite des aventures de Lord Owen. Une femme de quatre-vingts ans est revenue vers moi pour me dire : « c’est le roman le plus étrange que je n’ai jamais lu, mais qu’est-ce que c’était bien ! À cause de vous, j’ai fait une nuit blanche et j’ai manqué un repas ! » J’ai appris par la suite qu’elle empruntait désormais des romans fantasy à ses petits-enfants…

Est-ce que tu pourrais envisager d’écrire dans un autre genre ? Ou dans un registre réaliste ?

Bien sûr, je peux envisager d’écrire dans un autre genre, la science-fiction m’attire de plus en plus. Et je me suis déjà demandé si je serais capable d’écrire dans un genre réaliste. Comme j’aime les défis, je n’exclus peut-être pas de m’y essayer un jour. Si c’était le cas, ce serait un sujet sérieux. Ce que j’aime surtout, c’est le pouvoir des mots. Il suffit de les assembler pour créer une histoire et transmettre un message. Tout dépendra de ce que j’ai envie de transmettre à ce moment-là et dans quel genre je souhaite le faire. Finalement, le genre n’est qu’un outil de plus à l’expression de ses idées.

Qu’est-ce que tu dévoiles de toi à travers tes personnages ?

Je n’ai pas l’impression de dévoiler une part de moi. Certains diront le contraire, ils reconnaissent quelques traits de mon caractère dans des personnages. C’est surtout un moyen pour eux de saisir que la création est possible parce que je suis un peu dans le livre. Ce n’est pas le cas, et pourtant quand j’ai terminé un livre, je ressens l’étrange sentiment d’offrir une partie de moi au public.

Tu n’as pas dit tout de suite à tes proches que tu écrivais. Pourquoi le cacher ?

Parfois, c’est mieux de garder ses projets pour soi-même. De cette façon, on ne disperse pas son énergie et surtout on ne reçoit pas les avis des uns et des autres qui peuvent nous influencer. Je ne veux pas présumer de ce qu’ils auraient pensé dans le cas contraire, peut-être qu’ils m’auraient encouragé ou peut-être pas. Quoi qu’il en soit, j’étais tranquille pour me lancer vers la concrétisation de ce projet, c’était le plus important.

49260500_739871919746667_277852914825822208_n

Un de tes personnages principaux, Owen, est un homme. Est-ce que c’est délicat de donner vie à un personnage masculin ?

Ce n’est pas spécialement difficile, car en tant qu’auteure, on doit pouvoir se projeter dans notre n’importe quel corps ou situation pour en retirer de la matière.  Ce qui est plus difficile, c’est de ne pas tomber dans ses propres travers. Par exemple, j’adore inventer des personnages féminins pour leur donner une place importante. Dans ce genre de littérature, les femmes n’ont pas tout le temps de rôle prépondérant. À l’inverse, j’avais envie d’un homme qui ne soit pas ce que l’on attend de lui.

J’ai travaillé le personnage d’Owen en lui donnant peu substance au début de son aventure. Je voulais que le lecteur ressente les sentiments de son peuple à avoir un tel héritier. Je voulais que lecteur vive le désintérêt qu’Owen puisse provoquer par sa façon d’être. Bien évidemment, le Lo’El ne l’a pas choisi par hasard pour devenir le futur roi de Terre d’Or.

L’exercice le plus difficile, pour moi, fut d’en faire quelqu’un de peu intéressant qui gagne en force au fil de l’aventure et se révèle. Alors que mes personnages féminins sont déjà bien plantés et l’on comprend leur psychologie à cause de leur passé. Avec Owen, le défi était de le construire au fil des pages.

Est-ce qu’il y a un lien entre ton amour de l’écriture et ton amour de la nature ?

J’ai un besoin fort de nature. Elle me permet de me ressourcer et de trouver des idées. Quand on a la tête libérée, c’est souvent ainsi que l’inspiration arrive.

Et ton amour des objets ? Est-ce qu’il guide l’écriture de tes descriptions ?

Pour moi, les objets d’art et les antiquités sont des ponts temporels. En les manipulant, je reproduis les mêmes gestes qu’un individu a effectués dans le passé. Je les regarde et j’aime penser à la place qu’ils occupaient jadis, aux sentiments qu’ils provoquaient, à celui qui les a fabriqués. Grâce à eux, je m’intègre dans une histoire. Quand j’écris, je veux intégrer le lecteur dans mon univers avec les décors qui y sont associés. C’est comme si, lui et moi étions au même endroit à regarder une scène qui se déroule devant nous. Alors il y a certainement un lien.

Un conseil, une suggestion à ceux qui te lisent et qui ont envie d’écrire ?

Pour ceux qui débutent l’aventure de L’étoile de Lowilo, je leur suggère de se laisser guider et de savoir oublier le rythme d’une vie trop pressée. Parfois, le temps est nécessaire pour la mise en place. Une fois les racines de l’histoire bien plantées, alors les tempêtes peuvent souffler pour bousculer tout ce monde.

Pour ceux qui ont envie d’écrire, je leur dirai de se lancer dans l’aventure en toute confiance. Je leur dirai aussi de savoir être humbles et d’accepter de recevoir les critiques si on le demande. Un texte n’est jamais parfait. Il doit toujours être retravaillé et le regard d’autrui peut être très utile ; encore faut-il choisir la ou les bonnes personnes qui n’auront pas peur de dire des choses pas forcément agréables. Ensuite quand le livre trouve un éditeur, alors un travail tout aussi important commence. Selon moi, le maître mot quand on se lance dans l’écriture est celui de la persévérance.

Est-ce que tu as une routine d’écriture, des habitudes, des techniques ?

Je dois me sentir comme dans une sorte d’état second. Mon esprit doit être totalement imprégné par mon univers et mes doigts ne sont que les secrétaires de ce que je vois ailleurs. J’ai tenté de me forcer à écrire, d’être régulière, le résultat fut très mauvais.

Je commence toujours par relire ce que j’ai écrit précédemment et j’apporte déjà des corrections. Quand le moment vient de prendre la suite, j’attends deux à trois minutes en respirant calmement dans le silence. Quand je sens la petite chose se passer, comme une petite porte que mon esprit franchit, alors je continue l’écriture. Si ça ne se passe pas, je me contente de corriger et de retravailler les textes précédents.

« La vérité a plusieurs visages » a dit Marion Zimmer Bradley. Quelle place laisses-tu au doute dans l’écriture ?

Je doute toujours. Je me remets sans cesse en question. Je suis une perfectionniste qui n’aime pas les détails et qui pourtant en est prisonnière.

À l’inverse, trop de confiance aveugle, et l’orgueil devient vite son allié. Là réside le piège pour la qualité d’un texte. Il faut trouver le juste milieu afin de ne pas perdre les rênes de sa création. Et ce jugement est relatif à chacun, à sa propre vérité.

ahlg logo

Tu fais partie du GAHeLiG, le Groupe des Auteurs Helvétiques de Littérature de Genre. Même si tu n’es pas née en Suisse, y-a-t-il selon toi quelque chose de typiquement suisse dans ton approche de l’écriture ?

J’ai besoin de chocolat et au lait, de préférence !

L’Étoile de Lowilo aura bientôt une suite. Combien de tomes au total prévois-tu ?

Je prévois trois tomes, le second sera disponible en 2020.

Est-ce que tu as d’autres idées, d’autres envies d’écriture ?

Ma tête foisonne d’idées. J’ai envie de relever le défi d’un livre sans suite ce qui n’est pas forcément aisé pour mon imagination galopante !

L’interview: Gilles de Montmollin

Il aime les belles histoires, les grands voyages et le bon vin. Gilles de Montmollin est un écrivain actif en Suisse romande, qui a signé sept livres à ce jour. Il a pris une retraite anticipée pour se consacrer à l’écriture. Thrillers, polars, roman historique, nouvelles: il décline son talent sous différentes formes. Il est membre, comme moi, du GAHeLiG, le groupe des Auteurs helvétiques de littérature de genre.

blog interview

A t’entendre parler de l’écriture, on a l’impression que pour toi, le pire des péchés pour un écrivain, c’est d’ennuyer ses lecteurs. C’est juste ?

Tu as fort bien entendu ! Effectivement, comme les autres loisirs, je conçois la lecture de romans comme un plaisir. D’ailleurs, écrire un ouvrage plaisant n’interdit pas à son auteur de faire passer un message profond, et je ne vois pas pourquoi un livre profond devrait être ennuyeux. Cela dit, il m’arrive de lire des livres sans plaisir, parce que le thème m’intéresse, que je connais son auteur, ou encore parce qu’on a prévu d’en débattre en groupe. Parfois, ces livres ennuyeux m’apprennent des choses utiles. Je constate aussi que certains écrivains veulent à tout prix être originaux, pour apporter quelque chose de nouveau. Mais, si cette nouveauté apporte l’ennui, alors c’est raté. Donc, fondamentalement, la première mission d’un écrivain est de procurer quelques heures plaisantes à ses lecteurs.

Et toi ? Tu fuis l’ennui dans l’écriture ? Qu’est-ce que ça t’apporte ?

Non, je ne fuis pas l’ennui parce que j’ai passé les 45 premières années de ma vie sans l’écriture, et sans m’ennuyer pour autant. Alors pourquoi j’écris ? D’abord parce que j’aime me raconter des histoires, imaginer des situations, les vivre et, en fin de compte, m’inventer une autre vie. Ensuite, parce que le travail de « fabrication » d’un roman me passionne et m’enrichit : pour rendre mes histoires crédibles, j’ai dû étudier la plongée sous-marine, m’informer sur la résilience, démonter les rouages du financement du Parti national-socialiste, m’immerger dans le monde des pilotes de l’Aéropostale, apprendre à piloter – théoriquement – un Zeppelin…  J’adore !

GdM-Brest-450x321

Tu écris des romans pleins d’aventures et de rebondissements. L’intériorité, la contemplation, le quotidien te passionnent moins ?

Bonne question ! L’intériorité, la contemplation et le quotidien m’intéressent aussi. D’ailleurs, ma vraie vie est faite de cela. Un romancier a forcément une vie intérieure intense. Après, lire l’histoire d’un contemplatif à vie intérieure intense ne me passionne pas. Et comme je n’aime pas imposer aux autres ce que je ne voudrais pas qu’ils m’imposent, je n’écris pas ce genre de livre. Cela dit, j’adore, l’espace d’une page ou deux, me plonger dans le monologue intérieur de mon héros, vivre ses élucubrations et les partager avec les lecteurs. Mais, pour moi, ça ne fait pas l’essentiel d’un roman.

Tes écrits sont marqués par la mer, par le voyage. Te sens-tu proche des écrivains-voyageurs ?

Pas tellement. Dans ma compréhension, l’ossature du livre d’un écrivain-voyageur, c’est son ressenti du voyage. Il peut évidemment un peu romancer son récit, grossir certains éléments pour créer une sorte d’intrigue, mais le voyage reste la composante essentielle. Dans mon cas, le voyage sert de décor à l’intrigue. Le ressenti du voyageur peut enrichir l’histoire, mais il n’en est pas l’élément principal. Cela dit, j’aime accomplir les voyages de mes héros, avant d’écrire mes romans. Même si je ne trouve pas toujours la possibilité de le faire.

Tu as étudié la géographie, est-ce qu’il en reste quelque chose dans ton œuvre ?

Justement, l’envie de placer mes romans sous différents cieux. Cela constitue un prétexte à un voyage, lorsque je pars en repérage. Dans d’autres cas, c’est le fait de ressentir fortement un paysage au hasard d’un voyage qui me donne l’envie d’y placer une scène. Je crois que mes descriptions de paysages doivent encore quelque chose à mes lointaines études. À noter que j’écris aussi des romans locaux.

Sommet

Certains de tes romans se situent à d’autres époques. Quel rôle jouent les recherches dans ta démarche créative ? L’exactitude, c’est important ? Est-ce que tu t’autorises quelques libertés vis-à-vis de la réalité historique ?

Écrire un roman situé dans le passé, c’est pour moi une manière de remonter le temps. J’adore ! Et une partie du plaisir consiste à retrouver les détails de la vie quotidienne à l’époque, et à tenter d’éviter les anachronismes, même peu évidents : par exemple, utiliser une lampe à pétrole avant 1853 (j’ai pourtant vu un historien-romancier le faire) ou, comme dans « Django unchained », situé en 1858, employer un fusil Henry (1860) ou de la dynamite (1867). En revanche, l’intrigue n’est, elle, souvent pas historique. Mais si je fais apparaître des personnages historiques, je m’assure que cette apparition soit plausible. À la fin de mes romans, je mets parfois une note pour permettre au lecteur de distinguer les éléments réels de ce que j’ai inventé.

Dans le passé, tu t’es essayé au roman-feuilleton, publié dans la presse. Qu’est-ce que tu retires de cette aventure ?

En réalité, il ne s’agissait pas de feuilletons que j’aurais écrits de jour en jour, mais de la parution sous forme de feuilletons de romans déjà publiés. Une expérience sympathique : chez moi, la lecture d’un feuilleton m’offre un rendez-vous quotidien avec quelques minutes de détente et je me plais à imaginer que ceux qui ont suivi mes feuilletons ont eu ces petits rendez-vous.

ahlg logo

Tu fais partie du GAHeLiG, le Groupe des Auteurs Helvétiques de Littérature de Genre. Y a-t-il selon toi quelque chose de typiquement suisse dans ton approche de l’écriture ?

Tu me poses une colle ! En fait, je ne ressens pas de spécificité helvétique dans la littérature de notre pays, peut-être parce je ne vois pas beaucoup de ressemblances entre les auteurs, même ceux qui pratiquent le même genre. Au contraire des Nordiques, qui affectionnent souvent un rythme lent et un climat dépressionnaire. En ce qui me concerne, l’approche polar/roman de voyage s’inspire d’écrivains anglais, peu connus en Suisse, comme Hammond Innes, Bernard Cornwell ou Sam LLewellyn.

Un conseil, une suggestion à ceux qui te lisent et qui ont envie d’écrire ?

Pour écrire une nouvelle – ce serait mieux de commencer par ça –, il suffit d’en avoir envie et de se souvenir que la chute est essentielle. Pour s’attaquer au roman – c’est par là que j’ai commencé ! – la condition majeure est d’être capable de se discipliner (avec moi, ce n’était pas gagné !), parce que le travail solitaire est long. Et, une fois que tu as terminé, tu dois apprendre à vivre avec le fait que tu ne sauras jamais précisément ce que « vaut » ton bouquin. D’abord parce que, contrairement au domaine sportif, il n’y a pas d’échelle objective. Ensuite parce que rares sont ceux qui oseront te faire des critiques sincères.

C’est quoi, pour toi, un bon style romanesque ?

Dans un roman d’action, l’écriture n’est pas une fin en soi : elle constitue un moyen de transmettre les émotions et le ressenti de l’auteur à ses lecteurs. Une interface, en fait. Pour cela, un style sobre, avec des phrases courtes, des mots simples et précis, est le plus efficace. En outre, j’apprécie rarement les métaphores et les figures de style en général. Dans ces cas, je me dis : « toi, tu te la joues écrivain », et ça me sort de l’action.

Tu as signé des nouvelles et des romans. Est-ce que ce sont des plaisirs différents pour toi ? Qu’est-ce qui fait que tu destines une idée à un roman plutôt qu’à une nouvelle, et inversement ?

Oui, ce sont des plaisirs différents. J’écris des nouvelles pour des rencontres avec d’autres auteurs, où chacun amène un texte court. C’est un amusement. J’ai aussi participé à quelques – rares – concours. Mais pour moi, le vrai plaisir réside dans le roman, où je peux développer une intrigue comme je les aime, genre polar. Donc si j’ai une idée de polar, je la garde pour un roman. Si c’est une petite histoire de la vie, une réflexion, une émotion, une idée à défendre, je la prends pour une nouvelle.

Est-ce que tu as l’impression d’apprendre encore, de progresser en tant qu’auteur ?

Autre bonne question ! Oui, j’apprends et je progresse. Mais j’ai aussi l’impression que mes derniers acquis prennent la place de ce à quoi je faisais attention avant. Donc que je régresse en même temps que je progresse. Dans tous les cas j’évolue – un peu trop lentement à mon goût – et j’ai du plaisir à explorer les différents aspects du métier.

Gilles a accepté de nous livrer ses « Dix commandements »: les règles qui guident son écriture et qui, je pense, sont très intéressantes pour les lecteurs de ce blog:

  1. Tu imagineras une intrigue avec enjeux, tensions, suspense et chute.
  2. Tu façonneras des personnages (un peu) fêlés et évolutifs.
  3. Tu structureras ton histoire en scènes, parfois séparées par une courte narration.
  4. Tu te documenteras sur tout ce que tu évoques : objets, situations, métiers, sports, pays, époque…
  5. Tu esquisseras les décors et les ambiances, sans t’y complaire, en recourant au moins à un ou deux des cinq sens.
  6. Tu montreras les choses au lecteur, tu ne lui diras rien, comme au cinéma[1].
  7. Tu alterneras dialogues, monologues intérieurs, actions et descriptions.
  8. Tu écriras des phrases courtes, avec des mots simples, concrets, précis.
  9. Tu te méfieras des adjectifs, des adverbes, des métaphores, des empilements et des effets de style en général.
  10. Tu te souviendras que les mots constituent un moyen de faire vivre une histoire au lecteur, pas une fin en soi.

[1] Show the readers everything, tell them nothing, Ernest Hemingway

 

L’interview: Lionel Truan

Auteur, et dessinateur dans une entreprise horlogère, Lionel Truan vit dans le canton de Genève, en Suisse. Il a signé un premier roman dont l’action se situe dans un monde après l’apocalypse, « Le Monde de Demain. » Il est membre, comme moi, du GAHeLiG, le groupe des Auteurs helvétiques de littérature de genre.

blog interview

L’amorce de ce roman, c’est un scénario pour un jeu grandeur nature. Comment est-ce que tu es passé d’une expérience ludique à une expérience littéraire ?

Premièrement, disons que, pour réussir à imaginer et à créer un scénario de jeu grandeur nature, il a fallu passer par la phase « d’écriture », la plus importante à mes yeux. Les points clés, les énigmes, le décor, les joueurs, le rôle de chacun, la mise en scène et les objets m’ont demandé de faire travailler mes méninges à 200%. Si je n’avais pas écrit la trame, il aurait été impossible de réussir ce projet. Pour moi, si les règles sont définies sur papier et qu’elles sont carrées, alors le reste suit. Deuxièmement, l’événement qui m’a propulsé vers une expérience littéraire et qui m’a énormément bouleversé, est le décès de ma tante. La mère de celui pour qui j’ai créé le jeu grandeur nature. Elle était déjà très malade à cette époque et elle me demandait souvent de lui montrer l’état d’avancement du jeu pour son fils. Lorsqu’elle nous a quittée, le jeu n’était pas terminé et j’ai regretté qu’elle ne puisse le voir achevé. J’ai alors eu un déclic et l’écriture d’un roman m’a traversé l’esprit. J’ai sauté sur mon clavier, des idées plein la tête et je me suis lancé.

Le jeu, c’est quelque chose d’important pour toi ? Le jeu vidéo Fallout est cité dès les premières pages…

J’aime jouer, autant sur la console qu’à des jeux de plateau en famille ou entre amis. Je suis fan des jeux grandeur nature et des escapes games. Concernant le jeu Fallout, je dois l’admettre, il est mon favori. Je peux m’y plonger sans jamais être rassasié par ce que le décor et le monde me proposent. Ce qui me fait l’apprécier autant, c’est ce mélange année 50 et technologie futuriste. C’est une sorte de paradoxe qui se marie à la perfection, selon moi.

le-monde-de-demain_1-3697-3_750_563

Est-ce que tu avais déjà été tenté par l’écriture romanesque auparavant ? Est-ce qu’il y a des projets inachevés qui dorment dans tes tiroirs ?

Je n’avais jamais été tenté par l’écriture romanesque cependant, durant dix ans j’ai écrit mais d’une manière différente. Durant cette période j’ai fait du rap, je buvais rap, mangeais rap, je vivais rap mais surtout j’écrivais tout mes couplets. J’essayais de faire passer des messages à travers mes morceaux sans jamais être trop vulgaire. Avec mon groupe, on souhaitait avant tout montrer au gens qu’ils se faisaient une mauvaise opinion de ce style musical et nous avons réussi notre défi. Notre musique se laissait écouter, même les plus âgés appréciaient.

C’est un roman qui met en scène notre civilisation après l’apocalypse. Est-ce que la fin du monde, c’est un thème qui te hante ?

L’apocalypse me fascine en réalité. Loin de moi l’idée de vouloir arriver à cette fin catastrophique pour l’humanité mais je dois l’avouer, je serais curieux de voir comment l’homme arriverait à se relever si cela devait se produire. Vu les agissements de l’homme en notre temps, je ne serais pas étonné que nous en arrivions là. Qu’est ce qui me fascine ? Simplement de voir que dans chaque scène post-apocalyptique la nature reprend ses droits et je trouve cela beau.

En général, la littérature postapocalyptique est sombre. Ton protagoniste, Elliott Runan, est pourtant quelqu’un de plutôt optimiste. Pourquoi ce choix ?

J’ai voulu montrer aux lecteurs, que même lorsque tout semble perdu, il y a un espoir, si on y croit. J’ai un vécu chargé malgré les apparences et mon âge. Je suis né, atteint d’une maladie cardiaque, la tétralogie de Fallot. Je suis une personne qui, normalement n’aurait pas dû survivre et pourtant je suis là. Je pense que malgré les circonstances, réalité ou monde postnucléaire, il ne faut jamais abandonner et se battre pour pouvoir espérer vivre et être heureux. C’est le choix que j’ai fait pour ce personnage.

Est-ce que qu’Eliott, c’est un peu toi ?

Je dirais qu’il est celui que je souhaiterais devenir si le monde partait en vrille.

Qu’est-ce qui différencie selon toi ton roman d’autres univers postapocalyptiques ?

A travers ce roman, j’ai voulu faire passer des messages sur ce qu’il se passe à notre époque. J’ai souhaité avertir et faire prendre conscience aux lecteurs de la chance qu’ils ont de pouvoir apprécier la vie telle qu’elle se présente. Je suis une personne très spirituelle et j’espère avoir pu apporter quelques aides ou réponses aux lecteurs, à travers les passages plutôt philosophiques du personnage principal.

Tu as dessiné quelques illustrations qui accompagnent le roman. Qu’est-ce que ça apporte, selon toi, de marier textes et dessins ?

J’aime dessiner, c’est indéniable. Puisque j’ai pris goût à l’écriture, je me suis dit « pourquoi ne pas intégrer quelques dessins » ? Pour apporter ma touche personnelle. Ce que je sais, d’après les retours que j’ai eus, c’est que les gens ont apprécié ce petit plus.

Le livre est écrit au passé composé, une volonté de le rapprocher du style d’un journal de bord ?

Totalement. Le livre se veut être le journal de bord d’Elliot. Mon objectif était de rapprocher le lecteur au plus prés du personnage principal pour qu’il se sente imprégné par cette histoire.

51351669_329790084306239_4900188089915277312_n

Tu as une solide expérience de rappeur. Est-ce que le fait d’avoir déjà écrit t’a aidé à te lancer dans un roman ?

En effet, je pense que le fait d’avoir écrit pendant dix ans des textes m’a beaucoup aidé. Bien sûr, la structure d’un morceau de rap est complètement différente et bien plus proche de la poésie, s’il est bien rédigé.

Quelles sont selon toi les points communs et les différences entre l’écriture rap et l’écriture de fiction ?

L’écriture d’un roman est à faire avec une autre approche, cela demande d’avoir une construction plus précise, une structure prédéfinie, des passages clés et des personnages au caractère bien spécifique. Les textes de rap se construisaient de façon plus spontanée. Il suffisait d’avoir une instrumentale, un thème et de l’inspiration pour sortir des rimes et des punchlines bluffantes.

Le point commun, je dirais une imagination débordante et une envie de faire les choses proprement.

Est-ce que des éléments de la culture hip-hop se sont glissés dans ton roman ?

A vrai dire pas tellement, voir même pas du tout. J’ai vraiment voulu me défaire de ce coté musique pour me consacrer au côté roman. Je ne veux pas que l’on assimile Bido (mon blaze de rappeur) à Lionel Truan l’auteur. Ce choix était réfléchi.

ahlg logo

Tu fais partie du GAHeLiG, le Groupe des Auteurs Helvétiques de Littérature de Genre. Y-a-t-il selon toi quelque chose de typiquement suisse dans ton approche de l’écriture ?

Typiquement Suisse, dans l’approche je dirais, non, mais dans le roman je dirais oui. L’histoire se passe uniquement en Suisse, peut-être que certaines expressions du pays se sont glissées dans le livre. Je parle de lieux réels dans le roman, les Helvètes qui le liront ne pourront qu’être transportés à travers une Suisse dévastée.

Un conseil, une suggestion à ceux qui te lisent et qui ont envie d’écrire ?

Si tu as des rêves, comme d’écrire un livre, alors donne en toi les moyens et fais-le. Ne te pose pas trente mille questions. Tu as des idées, une imagination à toute épreuve, alors écris. N’écoute pas les haineux et les gens qui pensent que c’est une mauvaise idée. N’écoute que ton cœur et Fonce ! Tu n’as rien à perdre, tout à apprendre.

« Le Monde de Demain » est conçu comme une série, ce qui appelle une ou plusieurs suites. À quoi vont-elles ressembler ?

Le Tome 2 est en pleine écriture, j’ai prévu 3 livres pour cette série. Ils seront tous sous forme de carnet de bord et le ou les personnages devront affronter leur réalité. La réalité que le leur monde est bien dévasté, peuplé de créatures et d’humains qui ont perdu la raison. Garderont-ils espoir ? L’humanité pourra-t-elle reconstruire, pour un avenir meilleur ? Je ne peux vous le dire, sinon ce serait du spoil.

Au-delà de ça, est-ce que tu as d’autres projets d’écriture ? Dans d’autres genres ?

J’ai participé à quelques concours littéraires en Suisse, afin de tester mes capacités à écrire des nouvelles. C’est un bon exercice je trouve. Plus sérieusement, oui, j’ai des idées de roman de genre différent. J’ai déjà prévu un roman futuriste en one shot qui parlera de meurtre et voyage dans le temps. Sinon, j’ai quelques pistes pour d’autres histoires mais pour l’heure, chaque chose en son temps. Le monde de demain reste ma priorité.