Éléments de décor: les médias

blog éléments de décor les médias

Cela fait plus de six mois que je n’ai plus publié de billets dans ma série « Éléments de décor », qui propose d’explorer un thème et de chercher à savoir de quelle manière celui-ci peut être utilisé dans un roman. En réalité, ces articles sont longs à écrire, et mon temps de plus en plus limité, ce qui explique que j’ai mis ce type de publication entre parenthèses ces derniers temps : toutes mes excuses si vous êtes amateurs de ce genre de contenu.

Comme j’ai passé les dernières semaines à distiller des conseils pratiques sur les relations qu’un auteur peut entretenir avec la presse, je me suis dit qu’il pourrait être intéressant de renverser la perspective, et de se demander quelle place les médias pouvaient occuper dans un univers romanesque. Comme toujours lorsque j’évoque ce genre de sujet, je précise que je suis journaliste depuis plus de vingt ans, et qu’il m’est arrivé d’inclure des personnages de reporters dans mes histoires. Est-ce que cela me confère une certaine autorité sur la question, ou est-ce que cela veut dire que ma perspective est biaisée ? Sans doute un peu des deux, et je laisse le dosage à votre appréciation individuelle.

D’emblée, une tentative de limiter le champ que nous allons défricher ensemble : le mot « médias » est si vaste qu’on pourrait y inclure à peu près toutes les formes d’art et de divertissement. C’est trop pour un seul billet. À la place, je vous propose de nous contenter des médias d’information, soit ceux qui se consacrent principalement à relater des faits d’actualité, qui tentent de le faire, ou qui font mine de tenter de le faire. Oui, un pur média d’information, ça n’existe pas : la quasi-totalité d’entre eux vivent de la publicité, après tout, ce qui est un type de contenu complètement différent. Et puis même les plus sérieux des quotidiens de référence publient des mots croisés, des comic strips, des avis mortuaires, des recettes de cuisine et toutes sortes d’autres informations qui ne sont pas de nature journalistique. Malgré tout, je vous propose de jeter un regard sur les héritiers de Théophraste Renaudot, soit la partie des médias qui cherche à informer, cette « école d’abrutissement », selon Gustave Flaubert

De toutes les libertés fondamentales, la liberté de la presse a, de tout temps, été une des plus décriées. Parce qu’elle exerce son travail en public, parce qu’elle est pratiquée par une minorité de professionnels (voire une caste) au nom du plus grand nombre, parce qu’elle s’en prend aux puissants, mais jamais suffisamment, parce qu’elle prétend œuvrer au nom de la vérité, parce qu’elle se trompe souvent, la presse est détestée. Journaliste, comme enseignant, fait partie de ces métiers pour lesquels à peu près tout le monde se sent plus qualifié que ceux qui les pratiquent. Même ceux qui ne lisent pas les journaux les trouvent désormais mal écrits.

Les médias, on le voit bien, se trouvent dans une situation ambigüe, eux qui sont censés exercer une mission cruciale dans la formation de l’opinion dans une démocratie, mais ne s’en acquittent qu’imparfaitement, tiraillés par des priorités contradictoires et en quête d’une vérité toujours plus élusive. Voilà une toile de fond passionnante pour un roman.

Les médias et le décor

Malgré une méfiance de longue date vis-à-vis des journalistes et des médias, le public a souvent une vision romantique de la profession, ce qui a permis à la littérature ou au cinéma de faire figurer dans leurs histoires des lieux liés à la presse, et qui font fonctionner l’imagination.

La salle de rédaction fait partie de ce genre de décors, qui, presque autant qu’un tribunal ou une salle d’opération, semblent taillés pour le drame. De cet endroit, on a hérité toute une imagerie héritée des temps héroïques du yellow journalism américain ou des aventures de Clark Kent : celui d’un alignement de bureaux énormes, surmontés de piles désordonnées de documents, où des journalistes névrosés et hyperactifs passent compulsivement des coups de téléphone, entre une clope et une gorgée de bourbon, dans un bruit et une agitation permanente. La réalité est un peu plus tranquille : en-dehors des périodes d’agitation avant le bouclage ou avant l’antenne, peu de choses distinguent une rédaction d’un bureau en open space ordinaire. Tout au plus y verra-t-on des horloge réglées sur des fuseaux horaires lointains, des télévisions allumées en permanence sur des chaînes d’information, ou des tableaux blancs, pleins de règles orthographiques inscrites au marqueur.

Il n’en reste pas moins que, dans une histoire concernée par le journalisme, la rédaction est l’endroit où l’intrigue se noue, le lieu des coups de théâtre, la cuisine où l’on concocte des articles qui peuvent faire vaciller le pouvoir sur ses bases. Ce n’est pas le seul lieu qui peut servir de décor à votre roman : selon le média que vous choisissez, des lieux techniques comme l’imprimerie, la salle des serveurs ou des émetteurs peuvent aussi avoir leur importance.

La plupart des romans qui parlent des médias s’intéressent à leurs relations au pouvoir, même si ce n’est pas leur seul champ d’activité. Cela signifie que les lieux de pouvoir, les coulisses des parlements, les bureaux présidentiels, les tribunaux, les salles de conférence de presse font également partie des endroits qui peuvent jalonner ce type de récit.

De manière plus générale, en particulier à partir du 21e siècle, les médias sont partout et le monde entier est devenu un plateau de tournage, planté de micros et de caméras et sillonné de cars de reportage dès qu’il se passe quelque chose d’un peu dramatique. Vous pouvez en tenir compte dans vos récits, notant que le lieu d’un drame devient vite un lieu médiatique, avec les excès et la mise en scène que cela suppose.

Si l’intrigue d’un récit qui traite des médias se noue dans une rédaction, elle se dénoue bien souvent, en ce qui concerne les médias électroniques, face au micro dans un studio de radio, ou devant les caméras d’un studio de télévision. Je vous renvoie à ce sujet à l’usage magistral qui est fait du studio de radio comme lieu de huis-clos dans la pièce « Talk Radio » d’Eric Bogosian, portée à l’écran par Oliver Stone, ou à l’hystérie du plateau d’un journal télévisé, dans le film « Network » de Sydney Lumet.

Un récit consacré aux médias serait incomplet s’il n’incluait pas le public, la manière dont il reçoit le message, le comprend, l’accepte, le rejette, et la manière dont il réagit. Vous pouvez carrément inclure des personnages de lecteurs ou de téléspectateurs. Et ça peut même aller plus loin : un auteur ambitieux pourrait utiliser le public comme un chœur grec, qui commente et accompagne l’action. Dans le film « Do the Right Thing » de Spike Lee, tous les personnages, aussi différents soient-ils, sont réunis parce qu’ils écoutent la même émission de radio.

Utiliser les médias comme toile de fond, c’est aussi prendre appui sur leur évolution à travers l’histoire, si votre roman a lieu dans notre monde. Au Moyen-Âge, des feuilles d’annonce contiennent indifféremment communications commerciales et récits des grands événements, et se joignent aux colporteurs et aux crieurs publics pour tisser un réseau rudimentaire de diffusion de l’information. Mais c’est à la révolution industrielle que la presse connait son époque héroïque, avec l’apparition de figures nouvelles, telles que l’envoyé spécial, le reporter de guerre, le photographe. Peu après, la radio se joint au cortège des médias. Et quand la télévision les rejoint, on entre dans une nouvelle ère : celle de l’image et de l’immédiateté.

Les médias traversent actuellement une crise sans précédent. La diffusion gratuite des contenus sur les grandes plateformes a imposé l’idée que l’information ne doit pas être payée et n’a donc pas de valeur ; la numérisation, la mondialisation et l’émergence de géants de l’internet ont privé les médias de ressources publicitaires considérables ; des populistes ont joué sur la méfiance naturelle d’une partie de la population vis-à-vis de tous ceux qui ressemblent de près ou de loin à des experts pour désigner les journalistes comme des ennemis du peuple et de la vérité. Aujourd’hui, les médias doivent faire plus avec moins de moyens, en faisant face à un niveau de défiance et d’hostilité hors de proportion. C’est regrettable si l’on est un amoureux du débat public et de la liberté de la presse, mais ce constat est réjouissant pour un romancier, qui peut aller y chercher la toile de fond d’histoires passionnantes, puisque les périodes de mutation sont toujours riches en rebondissements.

Les médias et le thème

Un roman qui s’intéresserait aux médias pourrait explorer les thèmes les plus divers, dans la mesure où l’actualité est le reflet de la vie, dans toute sa pluralité. Certains d’entre eux méritent toutefois qu’on y consacre une attention plus soutenue, parce qu’ils sont plus directement liés aux spécificités du fonctionnement de la presse.

Le premier thème auquel on pense est celui de la vérité. Alors que chacun a un vécu distinct et une perspective différente, qu’est-ce que ça représente, de raconter la vérité ? Est-ce qu’une telle chose est possible, est-elle nécessairement le produit de compromis, de tâtonnements, d’approximations ? Qu’est-ce qu’une preuve pour un journaliste, et est-ce différent de la définition utilisée par la justice ? Est-ce que toutes les vérités sont bonnes à dire ? Est-ce que la mission morale qui consiste, pour un journaliste, à relater les faits, l’emporte sur toutes les autres considérations, même si des vies doivent être, au passage, brisées par les révélations ?

Comme d’autres éléments de décor, les médias sont intimement liés au thème du pouvoir. On surnomme d’ailleurs la presse « le cinquième pouvoir », même s’il s’agit surtout d’un contre-pouvoir, une manière de garder les élus à l’œil, ainsi que, par exemple, les magistrats, les hauts-fonctionnaires ou les capitaines d’entreprise. Mais les médias ont relativement peu d’armes à opposer à l’appareil de l’État ou à la force de frappe d’une multinationale : n’y a-t-il pas quelque chose de dérisoire à chercher à rapporter des faits embarrassants à un public qui s’en fiche, au risque d’y saboter sa carrière ? À l’inverse, les médias sont parfois trop séduits par le pouvoir en place, au risque d’y perdre leur recul : la nature des liens entre la scène politico-économique et la scène médiatique peut engendrer un roman passionnant.

Et puis, c’est encore davantage le cas depuis le début du 21e siècle : la vie privé est un thème crucial, en particulier en rapport avec les médias. Les journalistes sont souvent vus comme des fouineurs, qui se mêlent de ce qui ne les regarde pas. Jusqu’où peuvent-ils légitimement farfouiller dans l’intimité des personnes qui font l’objet de leurs articles ? Où sont les limites ? Quels sont les dégâts qui peuvent être causés par leur attitude parfois trop désinvolte, voire agressive ? Et quel rôle ambigu joue le public dans cette mécanique, lui qui, à la fois, critique les potins, mais en fait une consommation vorace ?

Les médias et l’intrigue

Il y a quelques jolies expériences formelles à tenter pour les auteurs les plus audacieux. Ainsi, on pourrait imaginer un roman relaté sous forme d’articles de journaux, un peu sur le modèle des romans épistolaires. Et pourquoi ne pas s’essayer à une expérience multimédia, où un roman papier serait complété par une fausse émission de radio ou de télévision, destinée à être consultée en parallèle ? De manière moins ambitieuse, dans un de mes romans, je m’étais essayé à inclure des passages « revue de presse », où l’on découvrait de quelle manière les événements de l’intrigue étaient interprétés par les différentes factions, représentées par plusieurs médias.

Le travail médiatique offre par ailleurs au romancier des événements qui peuvent servir à jalonner un roman, voire à servir de charpente à l’intrigue toute entière. Un journaliste de presse écrite, a, au quotidien, la contrainte du délai de publication : l’heure fatidique au-delà de laquelle il ne peut plus inclure un article dans l’édition du lendemain. C’est un générateur de suspense, un compte à rebours qui peut rajouter de la tension à un récit sur la presse.

Un peu sur le même principe, un roman pourrait emprunter la contrainte de temps d’une émission de radio ou de télévision en direct, ou d’un stream. L’histoire pourrait inclure des intrigues parallèles, qui toutes ont lieu pendant le déroulement de l’émission, et qui se conjuguent pour éclater, par exemple, sur une révélation finale.

Plus modestement, une enquête journalistique peut servir de sujet à un thriller, et lui donner sa structure, du premier coup de fil à la publication, un peu sur le principe d’une enquête policière, mais avec des enjeux et un rythme spécifiques au travail d’investigation médiatique.

Les médias et les personnages

Le travail médiatique est l’addition des efforts de différents corps de métiers, et chacun d’entre eux peut venir s’ajouter à la galerie de personnages de votre roman.

Le premier auquel on pense, naturellement, c’est le reporter. Obsédé par l’idée de faire éclater la vérité, il la poursuit inlassablement, accumulant les témoignages jusqu’à la faire éclater sous la forme d’un article vengeur. En tout cas, c’est le cliché. En réalité, les journalistes, comme tous les autres corps de métier ont des intérêts et des motivations en tous genres. Certains sont doués pour le contact avec les gens, d’autres sont méthodiques, d’autres encore se voient avant tout comme des passeurs, ou même comme des auteurs. Tous n’ont pas le même rapport à la déontologie : il y en a qui placent la vérité avant toute chose, d’autres se soucient de l’impact de leurs publications, d’autres encore n’ont pas trop de scrupules et se laissent acheter. Un roman sur les médias pourrait proposer tout une galerie de portraits d’individus unis par le même métier, mais qui le pratiquent de manière différente.

Parmi les journalistes, certains agissent la caméra à la main. Les photographes, ainsi que les cadreurs en télévision, ne reconstituent pas la réalité par petites touches, mais tentent de la capturer en une image, en un plan. On peut aussi citer les dessinateurs de presse, qui font œuvre d’éditorialistes, par le biais de la caricature. Tous ceux-là ont des perspectives différentes de celles des rédacteurs au sujet du travail médiatique.

Autour de ces individus, il y a de multiples professions techniques, imprimeurs, monteurs, techniciens, informaticiens, qui entretiennent la machine médiatique et s’arrangent pour que celle-ci fonctionnent. Certains d’entre eux se sentent partie prenante de la production d’information, d’autres peuvent occasionnellement représenter des obstacles dans la publication des articles, en raison de leur mauvaise volonté ou pour faire vaciller les journalistes de leur piédestal. Ils peuvent faire des personnages secondaires intéressants.

Parmi les personnages liés aux médias, il faut citer la hiérarchie. Une rédaction est généralement dirigée par une rédactrice ou un rédacteur en chef, et parfois, dans les grandes structures, par toute une série de chefs, sous-chefs et sur-chefs qui peuvent tous venir faciliter ou compliquer la vie d’un personnage principal qui serait reporter. Et en-dessus de ces cadres-là, il y a encore les divers dirigeants de l’entreprise de presse, qui ne sont pas journalistes et qui n’ont ni forcément les mêmes priorités, ni les mêmes valeurs que ceux-ci. On trouvera là une source inépuisable de conflits en tous genres. À ceux-là, il faudrait encore rajouter le service publicitaire du média, qui est essentiel à sa pérennité financière, mais dont les valeurs, les méthodes et les objectifs entrent parfois en conflit direct avec ceux de la rédaction.

Tous les personnages liés au thème des médias ne travaillent pas dans le domaine. Comme on l’a vu, il peut être intéressant d’adopter le point de vue du public. Plus spécifiquement, les sources, les sonneurs d’alarme et les informateurs peuvent jouer un rôle de premier plan dans une histoire consacrée aux médias – ils sont souvent les initiateurs d’une enquête, encourent le plus de risques, et peuvent faire d’excellents protagonistes.

Et puis certaines personnes, sans le vouloir, peuvent faire l’objet d’un article. S’il s’agit d’élus ou de personnes de pouvoir qui ont des choses à cacher et qui cherchent activement à les faire taire, ils joueront naturellement le rôle d’antagonistes. Mais parfois, des individus qui n’ont rien à se reprocher se retrouvent sans y être préparés dans la grande déchiqueteuse des médias, et ça aussi, c’est un sujet qui peut être au cœur d’un roman.

Variantes autour des médias

Il suffit parfois d’une petite modification de perspective pour apporter de la fraicheur à une histoire. Par exemple : tout ce que j’ai décrit ci-dessus est principalement conçu en partant d’une perspective contemporaine. Mais à quoi ressemblerait une enquête journalistique à la Renaissance ? Voilà un joli sujet pour un récit.

De même, un auteur de science-fiction pourra s’intéresser à l’avenir des médias dans une société où la notion de vie privée a disparu, chacun annonçant en permanence ce qu’il est en train de faire à la terre entière. Comment cacher la vérité lorsque rien n’est dissimulé ? À modifier un petit peu dans un récit de fantasy urbaine, où des magiciens sont capables de visualiser des scènes à travers le temps et l’espace. Comment un individu qui a commis des actes malhonnêtes parviendrait à se cacher de la vérité ?

Il est également intéressant de s’interroger sur la nature des médias. Quelle forme l’information peut-elle prendre dans l’avenir et comment est-ce que cela pourrait modifier la manière dont elle est perçue ? Et si les médias prenaient la forme de virus hautement contagieux que l’on attrape et qui diffusent leurs informations directement dans notre cortex ? Et si, dans un monde totalitaire où l’information est sévèrement régulée par le gouvernement, des médias illégaux trouvaient le moyen de diffuser des actualités dans les rêves de la population ?

Cultiver ses relations avec les médias

blog cultiver ses relations médias

En guise de conclusion à cette série d’articles consacrés aux manières dont les auteurs peuvent aborder les médias et s’en servir pour la promotion de leurs écrits, je vous propose un billet qui s’intéresse à la question sur le long terme. C’est une chose d’avoir pondu un communiqué de presse efficace, et d’avoir obtenu un sujet dans la presse, voire une interview en direct. Mais comment s’y prendre pour être invité à nouveau, pour faire partie du club des « bons clients », ceux qui sont conviés régulièrement à parler de leurs écrits ?

Comme tous les aspects d’une carrière d’auteur, cela réclame du travail et de la persévérance.

Pour commencer, je vous suggère de conserver et d’entretenir une liste de contacts. Les adresses mail que vous avez utilisées pour votre premier communiqué de presse, conservez-les, ajoutez-en d’autres, s’il vous est venu des idées de médias qui n’y figuraient pas. Et puis, si vous avez eu des contacts fructueux avec des journalistes, ajoutez-y leurs adresses professionnelles personnelles, ainsi que, si vous les avez recueillis, leurs numéros de téléphone. Avoir un répertoire de contacts médiatiques, régulièrement mis à jour, c’est précieux.

Pour un romancier, il peut s’écouler pas mal de temps entre deux contacts avec les médias

Mais la liste d’adresse, brute et sans commentaires, ne constitue qu’un premier pas. Il est également important de vous souvenir de vos apparitions dans les médias : lesquels vous ont manifesté de l’intérêt, sans nécessairement produire des articles, lesquels ont parlé de vous, lesquels vous ont invité à intervenir en direct, ou vous ont consacré un portrait, avec photographe et tout le tralala. Et surtout, à qui est-ce que vous avez eu affaire.

En fait, il s’agit de se constituer votre propre série de petites fiches TripAdvisor des médias. Les journalistes avec qui vous avez été en contact, quel était leur nom, quand vous ont-ils posé leurs questions, comment s’est déroulé le contact, sur quoi tout cela a-t-il débouché, étiez-vous satisfait du résultat, avez-vous des regrets ou des critiques à formuler ? Il peut être utile de noter ces impressions par écrit, parce que, pour un romancier, il peut s’écouler pas mal de temps entre deux contacts avec les médias.

Armé de ces informations, la prochaine fois que vous aurez besoin de faire appel à un journaliste, vous pourrez l’aborder de manière personnalisée : « Peut-être vous souvenez-vous de moi, vous avez consacré un petit article à un de mes romans en avril de l’année dernière ? » Il est parfois difficile d’ouvrir la porte des médias, mais une fois que celle-ci est entrouverte, en général, elle le reste. Et parvenir à installer une certaine familiarité peut aider énormément. Un journaliste qui vous a consacré un article dans le passé sera plus enclin à vous consacrer son attention à nouveau, si, naturellement, tout s’est bien déroulé la première fois.

Rien n’est à la fois plus facile et payant que la gratitude

D’ailleurs, ces choses-là s’entretiennent. Rien n’est à la fois plus facile et payant que la gratitude. Après la publication d’un article ou un entretien en direct, envoyez-donc un petit mail de remerciement au journaliste qui vous a consacré du temps. N’en faites pas trop, quelques lignes suffisent : « Merci pour la publication de l’article consacré à mon roman dans l’édition de jeudi dernier. Vous avez su me mettre à l’aise. A bientôt, etc… » De même, lorsque vous partagez sur vos réseaux les articles et interviews qui vous ont été consacrés, vous pouvez les assortir d’une petite note qui témoigne d’une certaine reconnaissance : « Un moment agréable sur l’antenne de Radio Truc, pour parler de mon roman en compagnie de Pamela et Robert. »

Il ne s’agit pas ici de passer la brosse à reluire : personne n’apprécie la flatterie outrancière. L’idée, c’est simplement de resituer sur le plan de l’humain des relations qui, sinon, resteraient purement formelles. Un journaliste se souviendra davantage de vous si vous faites cette démarche, et sera mieux disposé à votre égard la prochaine fois. Attention tout de même, votre marge est étroite : par nature, la plupart des journalistes se méfient énormément de toute tentative de manipulation, mais ils sont sensibles à ce qu’on reconnaisse leur travail, parce que c’est très rare. Donc pas question d’en faire trop, ni de ne rien faire du tout : quelques mots sympathiques sont suffisants.

Attention : comme pour toute relation humaine, celle-ci a des limites. Comme on a déjà eu l’occasion de le voir, si vous exigez trop d’un journaliste, si vous émettez des recommandations déraisonnables ou trop prescriptives sur son travail, si vous présentez une couverture médiatique comme un dû, ou tout simplement si vous faites appel à lui trop régulièrement, vous risquez d’être catalogué dans la catégorie « emmerdeur », dont il est diablement difficile de sortir une fois qu’on y rentre. Faites donc preuve de modestie, d’amabilité et de mesure, et tout se passera bien.

Tentez une approche différente, jusqu’à ce que ça fonctionne

Cultiver ses relations avec les médias, ça consiste aussi à s’intéresser à ceux qui n’ont jamais parlé de vous. C’est un peu plus délicat, puisque personne ne va vous expliquer les raisons d’un refus : votre communiqué de presse a sans doute été envoyé à la corbeille au terme de cinq secondes de réflexion, personne ne s’en souvient. Toutefois, prenez note des médias qui n’ont pas parlé de vous, et, la prochaine fois, tentez une approche différente, jusqu’à ce que ça fonctionne.

Une possibilité consiste à mentionner, en vous adressant à eux, que d’autres médias vous ont témoigné de l’intérêt. C’est à double tranchant. Si vous sortez de vieilles coupures de presse, consacrées à d’anciens projets, cela va renforcer votre crédibilité et faciliter le travail du journaliste qui souhaite parler de vous. Si, en revanche, vous contactez le canard local en annonçant que la télé du coin vous a déjà consacré un sujet, cela pourra être interprété comme une tentative de pression et diminuer vos chances qu’on parle de vous. Pourquoi refaire ce que la concurrence a déjà fait ?

Soyez courtois, aimable, disponible, intéressant, faites preuve d’initiative mais sans trop insister : les clés d’une relation réussie entre un auteur et les médias, finalement, ressemblent beaucoup à celles qui font le succès d’un couple.

 

Blogueurs & podcasteurs

blog blogueurs et podcasteurs

Dans les derniers articles de cette série consacrée aux relations entre les écrivains et les médias, je me suis focalisé sur les médias traditionnels : presse écrite, radio, télévision. Il ne s’agit cependant pas du seul canal d’expression intéressant pour les auteurs et la littérature : les blogueurs, youtubeurs et podcasteurs méritent qu’on s’attarde sur leur cas plus spécifiquement.

Ici, je parle des cas où une podcasteuse, une blogueuse ou une youtubeuse décide de se pencher sur vous et votre roman. L’autopromotion en ligne est également un sujet intéressant, mais ce n’est pas celui de ce billet.

Les médias en ligne, en deux mots, sont comme les autres médias, mais tout y est légèrement différent. C’est comme découvrir un monde parallèle où les points de repère deviennent méconnaissables, même si l’impression d’ensemble reste semblable. Cela signifie qu’une bonne partie des conseils que je vous ai délivrés lors des billets précédents restent valables, mais qu’il faut les interpréter d’une autre manière.

La première différence, c’est le niveau de professionnalisme. Si vous faites appel aux médias traditionnels, vous allez presque à coup sûr tomber sur des journalistes professionnels, formés, salariés, qui travaillent pour une entreprise médiatique en bonne et due forme. Ça ne garantit pas la qualité du produit final, mais disons qu’au moins, il y aura un socle de compétence de base. Dans la galaxie des blogs et des podcasts, c’est beaucoup moins sûr : la grande majorité des individus actifs sur ces plateformes sont des amateurs, et même ceux qui parviennent à en vivre sont généralement des autodidactes.

Les gens qui vont vous lire ou vous écouter, c’est votre lectorat naturel

Cette différence a des répercussions positives et négatives. Un monde d’amateurs, c’est un monde de passionnés : les personnes à qui vous aurez affaire lorsque vous contactez un blog (ou lorsque vous êtes vous-mêmes contactés), appartiennent au même univers que vous, ils ont les mêmes centres d’intérêt, les mêmes références. En plus, le public auquel ils s’adressent est lui aussi ciblé, et susceptible d’être intéressé au genre de roman que vous leur proposez. Les gens qui vont vous lire ou vous écouter, c’est votre lectorat naturel, tout simplement. Et puis dans ce cadre, vous pouvez vous montrer plus à votre aise : tout le monde va comprendre où vous voulez en venir lorsque vous parlez de votre projet, même si vous vous permettez d’utiliser une référence un peu obscure.

Un blog, un podcast ou un canal YouTube, c’est également une expérience bien moins formatée que celle des médias traditionnels. En général, vous allez y bénéficier de plus de place, de temps, et de liberté pour y développer vos arguments. On vous posera davantage de questions, dans une parole moins calibrée, moins consensuelle et moins grand public que celle de la radio et la télévision. J’ai eu l’occasion de dire qu’on ressort souvent frustré d’une interview en direct à la radio ou à la télévision. Ce n’est que rarement le cas d’un podcast, qui peut durer des heures, et ne met à l’épreuve, éventuellement, que la patience de ses auditeurs.

Ces médias du 21e siècle sont également plus accessibles. Organiser une interview se fait très facilement, parfois sur simple demande de l’auteur. Sur ce blog, le Fictiologue, il m’est arrivé de consacrer du temps et de la place à des écrivains, simplement parce que ceux-ci me l’avaient demandé poliment. À l’inverse, j’ai également été contacté par des blogueurs et podcasteurs pour répondre à leurs questions, sur la base d’un simple courriel. Ici, tout est facile : il est rarement question de communiqués de presse.

Mais la médaille a un revers. Pour commencer, l’impact des médias en ligne n’est pas aussi grand que celui des médias traditionnels. Oui, certains YouTubeurs ont des millions d’abonnés. Mais la plupart de ceux avec qui vous allez avoir affaire n’obtiennent que quelques centaines de clics par jour. Et même les stars du domaine s’adressent à un public déjà saturé d’informations sur la littérature et sur le divertissement en général. Votre roman risque de se perdre au milieu de milliers de sujets semblables.

La déontologie est souvent problématique dans les médias en ligne

Se tourner vers des amateurs, c’est aussi, de temps en temps, risquer de se voir interrogé par des individus qui, malgré leur enthousiasme, ne savent pas construire une interview, hiérarchiser l’information, mener des recherches. Parfois, en lisant un entretien qui paraît sur un blog, on est frustré de constater que des questions qui auraient pu être intéressantes n’ont pas été abordées, tout simplement parce que personne n’y a pensé. À l’inverse, cela signifie que de nombreuses personnes actives en ligne se perfectionnent et apprennent le métier sur le tas, ce qui est réjouissant.

La déontologie est souvent problématique dans les médias en ligne. En principe, dans un média traditionnel, il existe une séparation stricte entre la rédaction et le secteur commercial. Sur un blog, la rédaction EST le secteur commercial, en tout cas dans la plupart des cas, ce qui explique la pratique des « services de presse » ou des partenariats entre blogueurs et éditeurs, des pratiques courantes dans la blogosphère, qui brouillent les frontières entre contenu publicitaire et rédactionnel, et qu’on imaginerait mal dans les médias traditionnels. De même, il existe une certaine bienveillance, pour ne pas parler de complaisance, entre les blogueurs, youtubeurs ou podcasteurs : il est rare de voir émerger des voix réellement critiques au sein de la communauté.

Mais ça, ça n’est pas nécessairement votre principale préoccupation en tant que romancier. Au contraire, le flou artistique qui peut exister dans la blogosphère entre information et promotion ne peut qu’avantager votre démarche, qui consiste à faire parler de vos romans. Gardez simplement à l’esprit que le blog, le podcast et les plateformes vidéo en ligne constituent eux aussi des médias, qui ont leurs propres codes, leurs propres inconvénients et leurs propres avantages, et que chacun d’entre eux peut contribuer à la promotion de votre œuvre.

 

Se faire interviewer en direct

blog interviewer en direct

Dans un billet précédent, j’ai abordé le thème de l’interview, c’est-à-dire l’interaction de base entre un romancier et un journaliste. Comme je l’avais mentionné, j’avais conservé pour plus tard un cas d’espèce qui fait figure d’exception et qui nécessite qu’on l’examine de manière spécifique : l’interview en direct.

Lorsque vous, auteur, vous contactez un média audiovisuel par le biais d’un communiqué de presse, il est possible que celui-ci vous invite à participer à une émission en live, pour parler de vos écrits. Il s’agit d’un exercice très différent de l’interview en différé, que nous avons déjà examinée, avec des difficultés qui lui sont propres, mais aussi avec des avantages et des inconvénients spécifiques.

Pour commencer : si une radio, une télévision, ou un média en ligne, vous propose une interview en direct, dites oui. Acceptez, même si vous êtes timide, même si vous n’avez jamais fait ce genre de chose, même si vous avez peur de raconter n’importe quoi.

Il y au moins trois bonnes raisons de le faire : premièrement, il s’agit d’une expérience mémorable, qui marquera à coup sûr la campagne de promotion de votre ouvrage, et vous offrira un surcroît de visibilité aux yeux de celles et ceux qui doutent de vous ; deuxièmement, les interviews en direct, en particulier à la radio, sont programmées aux heures de grande écoute, c’est donc l’occasion de toucher énormément de monde ; troisièmement, vos propos ne seront pas raccourcis ni édités, et vous aurez un temps de parole bien plus important que lors de la diffusion d’un sujet préenregistré.

Soyez détendus et profitez de l’instant

Comment se préparer à un rendez-vous de ce genre ? J’aurais tendance à dire qu’il n’y a rien à faire : prêt, vous l’êtes déjà. Si vous avez été invité à une interview en direct, c’est qu’on a envie que vous parliez de ce que vous êtes et de ce que vous faites. Cela ne réclame aucun travail supplémentaire. Soyez détendus et profitez de l’instant. Et habillez-vous correctement : de nos jours, même les radios vous filment.

Mais si vous êtes dans les bonnes dispositions d’esprit pour savoir quoi raconter, il peut être utile de vous renseigner sur le cadre de l’interview. Normalement, le journaliste ou l’animateur qui vous a contacté prendra le soin de vous renseigner à ce sujet, mais si ce n’est pas le cas, n’hésitez pas à poser des questions, et à demander combien de temps dure l’intervention à l’antenne, si elle se fait en une ou en plusieurs parties, combien de personnes vont vous poser des questions, et, le cas échéant, si vous pouvez avoir un aperçu de ce qu’on va vous demander (ça n’est pas toujours possible).

Une interview en direct, c’est une conversation, même si c’est une conversation qui se déroule dans un cadre inhabituel, avec des règles strictes. Mais cela veut dire que, potentiellement, tout ce que vous allez raconter peut donner lieu à une question qui n’était pas prévue, et que, si vous vous montrez bavard, certains aspects de votre roman seront abordés plus longuement que d’autres.

On a tendance à dire que la bonne longueur pour une réponse en radio est comprise entre vingt et quarante secondes (c’est encore plus court à la télévision). Cela dit, à moins que vous ne soyez aguerri à l’exercice, il vous sera très difficile de calibrer votre temps de parole avec une telle précision. Ce que je vous suggère, c’est d’éviter absolument des réponses trop courtes (dix secondes ou moins), qui risquent de mettre l’intervieweur dans l’embarras. Donc si possible, pas de réponses par « oui » ou par « non. » De même, ne vous lancez pas dans des explications interminables – même si, dans ce cas, vous allez probablement vous faire interrompre par les gens qui vous posent des questions.

Il est plus que probable que vous finissiez l’interview avec une certaine frustration

Au cours de ma carrière à la radio, j’ai interviewé des milliers de personnes. Dans leur grande majorité, celles-ci n’avaient aucune expérience de l’antenne. Une crainte fréquemment exprimée, c’est celle de chercher ses mots, de balbutier, de manquer de clarté. Sortez-vous cette idée de la tête : ça n’a aucune importance. Les auditeurs entendront deux personnes parler, et ils ne remarqueront même pas les petites hésitations qui font partie de n’importe quelle conversation naturelle.

Une autre crainte, c’est celle de ne pas parvenir à dire tout ce que vous avez prévu. Celle-ci est bien plus réelle : il est plus que probable que vous finissiez l’interview avec une certaine frustration. Le temps passe très vite quand on est en direct, et on n’a jamais le temps d’aborder tous les sujets qu’on aurait voulu. À l’heure du bilan, on a même tendance à penser davantage à ce qu’on n’a pas dit qu’à ce qu’on est parvenu à dire. Une manière de se réconforter, c’est de penser aux auditeurs ou aux téléspectateurs, qui eux, n’ont sans doute majoritairement jamais entend parler de vous et de vos écrits, et pour qui chacun de vos propos constitue une découverte.

Partant de ce constat, j’ai un conseil. Ayant eu l’occasion d’être moi-même interviewé quelques fois à la radio et à la télévision, je suis arrivé à la conclusion que la tactique gagnante pour un auteur réside moins dans le contenu que dans la manière. Je m’explique : après avoir si longuement travaillé sur votre roman, vous avez sans doute très envie de parler de vos personnages et de votre univers, ou encore des particularités de votre œuvre. Vous pouvez le faire si vous le souhaitez, mais ce qui va retenir davantage l’attention des auditeurs, et donc en faire, potentiellement, de futurs lecteurs, c’est vous. Si, lors de l’interview, vous vous montrez enthousiaste, drôle, de bonne humeur, spirituel et enjoué, vous allez faire passer un bon moment à celles et ceux qui vous écoutent, qui seront dès lors plus motivés à découvrir votre œuvre. En radio, à la télévision, ce n’est pas facile de parler de littérature, mais on peut aisément transmettre l’envie de mieux connaître un auteur. Alors mettez vos appréhensions de côté et ayez la pêche lors du grand jour.

L’interview est en direct, mais elle a également un prolongement différé. De nos jours, presque tous les médias enregistrent leurs contenus en direct et les mettent à la disposition du public sur leur site web ainsi que sur les réseaux. Cela signifie que vous allez pouvoir vous réécouter ou vous revoir (ce qui n’est pas nécessairement agréable), mais aussi que vous allez pouvoir partager l’interview sur vos canaux à vous, sites, groupes, forums, réseaux, afin d’en tirer le meilleur parti promotionnel.

Répondre à une interview

blog répondre interview

Dans ses relations avec les médias, une autrice ou un auteur de romans va vraisemblablement, tôt ou tard, être soumis à une interview, qu’il l’ait sollicitée ou non par le biais d’un communiqué de presse. Comme toutes les interactions médiatiques, il s’agit d’un exercice qui mérite qu’on s’y prépare un minimum.

Et pour commencer, ayons les idées claires au sujet des définitions, ça ne peut pas faire de mal. Le mot « interview » renvoie à deux réalités distinctes, que l’on a tendance à confondre.

Pour commencer, il s’agit d’une technique qui consiste à obtenir des informations en posant des questions à un individu. Cette méthode peut être utilisée dans un contexte médiatique : une bonne partie du travail journalistique consiste à recueillir des réponses en posant des questions à des personnes bien informées, et à se servir des infos recueillies pour rédiger des articles, des brèves, des analyses, des témoignages, des portraits, et bien d’autres formes encore. Mais l’interview existe dans un cadre bien plus large : un entretien d’embauche, par exemple, n’est rien d’autre qu’une interview qui porte sur les capacités professionnelles et la motivation d’un candidat à un poste de travail.

La seconde définition du mot « interview » désigne spécifiquement une forme journalistique, qui consiste à présenter sous forme de questions-réponses les informations recueillies par le biais de la technique décrite ci-dessus. L’ambiguïté du terme fait que ce n’est pas parce qu’un journaliste vous interviewe qu’il va publier le résultat de votre entretien sous la forme d’une interview. Et puis il existe également des interviews en direct, auxquelles je vais consacrer un prochain billet.

Mais ici, j’aborde une question utile pour les auteurs, dans leurs relations avec les médias : comment se passe une interview avec un journaliste, qu’en attend-il, comment vous y préparer et que va-t-il advenir de vos réponses ?

Vous ne devriez avoir aucune peine à trouver des réponses

Au fond, pour celle ou celui qui répond aux questions, « interview » est un bien grand mot pour une conversation. Que ce soit face-à-face, par téléphone, ou même par messagerie, par mail ou par vidéoconférence, le journaliste qui vous a contacté va vous poser une série de questions, et vous allez y répondre. Dans certains cas, cela peut prendre pas mal de temps. Les rédacteurs de la presse écrite, en particulier, aiment bien accumuler beaucoup plus d’informations que nécessaire. Si on ne vous en informe pas, demandez combien de temps vous devez prévoir, et aménagez votre agenda en conséquence.

Comme l’entretien porte sur des sujets que vous connaissez par cœur – vous et votre roman – vous ne devriez avoir aucune peine à trouver des réponses. Ce sera le cas pour tout ce qui est factuel – comment s’appelle votre livre, de quoi il parle, ce qui vous a motivé à vous lancer dans l’écriture, etc… – mais attendez-vous également à des questions plus déconcertantes, concernant votre ressenti, ou la signification profonde de votre démarche. Là, parfois vous aurez la réponse, parfois non, et ce n’est pas grave. Le journaliste vous pose ces questions pour ajouter un aspect émotionnel à son papier, pour l’humaniser : il part à la pêche, et ne s’attend pas à ce que ça morde à tous les coups. Ne soyez donc pas désarçonné si les mots vous manquent.

N’hésitez pas à demander ce que le journaliste compte faire de votre entretien. Parfois, il sera publié sous la forme d’une interview, en discours direct ou rapporté. Parfois, les informations recueillies serviront simplement à alimenter un article sur votre livre, voire une critique, ou même simplement une petite brève. Souvent, on pourra vous renseigner assez précisément sur la forme et sur la longueur de l’article prévu, ainsi que sur la date de parution (ou de diffusion). Parfois, cependant, le journaliste n’a pas d’idée précise en tête, et attend vos réponses pour savoir quelle est la meilleure manière de s’en servir.

Quel que soit le résultat, attendez-vous à ce que la grande majorité de votre propos ne figure pas dans l’article ou le sujet produit. Une partie du travail rédactionnel consiste à résumer, à condenser, ce qui peut être frustrant pour vous si vous avez passé deux heures à répondre à des questions pour alimenter un sujet de deux paragraphes. Dans le cas d’une interview radio ou télévisée, il est possible que vous soyez enregistré pendant un quart d’heure et que le seul extrait utilisé au final dure quinze secondes. C’est le jeu. Dites-vous que vos réponses auront permis d’alimenter le reste du sujet et d’en assurer la qualité ; que vous vous adressez, à travers les médias, à un public qui ne vous connaît pas du tout, et que toute information constitue un progrès pour vous ; enfin, il s’agit d’une prise de contact, qui peut déboucher sur d’autres sujets à l’avenir.

Plus longues seront vos réponses, plus elles seront raccourcies

Cela signifie aussi que plus longues seront vos réponses, plus elles seront raccourcies, résumées, montées par le journaliste. Faut-il alors opter pour la brièveté, et vous contenter de répondre à coups de slogans de vingt secondes ? C’est le choix de nombreux politiciens, qui s’arrangent ainsi pour que leur message rentre dans les formats resserrés des médias, en subissant les moins d’altérations possible. Cela peut aussi être le vôtre. Encore qu’un sujet consacré à la littérature soit, par nature, moins sensible qu’un reportage sur le budget d’une collectivité publique, cela ne vous empêche pas de choisir vous aussi une approche ciblée. Le risque, si vous n’avez pas été entraîné pour ça, c’est que vos mini-réponses préparées à l’avance ne soient pas très vivantes, et donc pas intéressante pour le public. Il est également possible qu’à vouloir résumer, vous omettiez vous-mêmes des informations intéressantes. Donc au fond, tout dépend du rapport de confiance que vous parvenez à tisser avec le journaliste.

Si, à la fin de l’entretien, un aspect qui vous parait crucial n’a pas été abordé, ou pas suffisamment, n’hésitez pas à le mentionner : il peut s’agir d’un oubli – rappelez-vous que le journaliste n’a pas la vision d’ensemble que vous avez. La plupart du temps, on vous sera reconnaissant de ce complément, même si cela ne garantit en rien que l’information en question figure dans la version finale de l’article.

De même, il peut arriver que vous soyez recontactés par le journaliste après l’interview. Au moment de rédiger, celui-ci peut réaliser qu’il lui manque une information, ou qu’il a mal compris quelque chose, et va donc vous réclamer quelques précisions.

Si vous avez des questions sur ce sujet, j’y répondrai avec plaisir. Comme je l’ai mentionné, je suis journaliste et auteur, j’ai été des deux côtés de la barrière, et je suis donc à même d’apporter un éclairage et de vous fournir des astuces.

Rédiger un communiqué de presse

blog communiqué de presse

Lorsqu’on se met en tête de contacter les médias afin qu’ils évoquent nos créations littéraires, le vecteur le plus évident pour les avertir de la sortie d’un roman, ou d’un autre projet littéraire, c’est de diffuser un communiqué de presse.

Un communiqué de presse, qu’est-ce que c’est ? En deux mots, c’est le nom qu’on donne à un message qui contient toutes les informations-clé sur un événement, un spectacle, une exposition, une compétition sportive, un rassemblement d’une association, ou, par exemple, la sortie d’un bouquin, destiné à être adressé aux médias, dans le but qu’ils réalisent un sujet, comme nous l’avons évoqué dans l’article précédent. On informe les journalistes afin qu’à leur tour, ils informent leur public.

À quoi ça sert de créer ce genre de document ? En fait, cela vise deux objectifs distincts : premièrement, donner envie aux médias de parler de votre roman ; deuxièmement, mettre à leur disposition tout ce qu’ils ont besoin de savoir s’ils ont décidé de le faire. Un bon communiqué de presse est donc à la fois promotionnel et informatif, si possible de manière équilibrée. Trop de promotion, et le rédacteur qui va le recevoir aura l’impression d’avoir affaire à de la pub. Trop d’information, et il ne comprendra pas en quoi votre projet se distingue des nombreuses autres sollicitations similaires qu’il a reçu la même semaine.

Dans cet article, je vous propose un modèle de base de communiqué de presse, un regard sur cet exercice. À vous de l’adopter, de vous en inspirer, de le modifier, ou d’opter pour une approche complètement différente, mais quelle que soit votre attitude, les suggestions qui suivent devraient vous aider à éviter les pièges les plus courants, et à garder à l’esprit l’essentiel.

Le communiqué tel que je le conçois est un document, par exemple au format pdf. Il comporte une première page qui contient toutes les informations importantes, ainsi que, le cas échéant, des pages supplémentaires. Tout cela est envoyé par courriel, dont la composition fera elle aussi l’objet d’un soin particulier.

Le titre

La première page peut être décomposée en différentes parties. Pour commencer, il y a un titre. Celui-ci, en une phrase, délivre votre message essentiel, celui que vous souhaitez que le journaliste retienne. Il doit à la fois contenir l’information principale (par exemple le fait que vous sortez votre roman), et la raison qui pourrait pousser un média à s’y intéresser (« Un naturaliste sort un roman sur la mort de notre écosystème », « Le premier roman d’un auteur de 12 ans », « Une autrice décrit l’érotisme des virus », « Un roman policier qui pourrait vous rendre riche », etc…)

Ménager ces deux impératifs à la fois, c’est un équilibre délicat à trouver, aussi je vous suggère de rédiger votre titre à la fin, quand vous aurez déjà fait l’effort de résumer les points forts de votre œuvre.

Le chapeau

En-dessous de votre titre, je vous suggère de faire figurer ce que les journalistes appellent un « chapeau » (parfois même écrit « chapô ») : un passage qui contient tous les points essentiels, en trois phrases maximum, rédigé en gros caractères ou en gras. L’objectif, c’est que si le journaliste prend la peine de lire cette section, il connaisse tous les points essentiels de votre œuvre et sache pourquoi ses lecteurs pourraient trouver ça intéressant.

Rédiger le chapeau réclame que vous ayez les idées claires au sujet de votre roman, pas tellement au niveau de vos intentions, mais surtout en ce qui concerne la manière dont il pourrait être perçu par le grand public. Quels sont les thèmes que vous traitez ? Quelle est votre approche ? Y a-t-il une originalité dans votre démarche qui serait susceptible de faire réagir, sourire, réfléchir même des individus qui ne vont pas lire votre roman ? Est-ce qu’il y a quelque chose chez vous, l’auteur, qui se démarque, et soit de nature à influencer l’image que les lecteurs potentiels ont de votre œuvre ?

Vous écrivez votre premier roman à l’âge de 72 ans ? Vous êtes égoutier et vous avez signé un polar dont l’action se déroule justement dans les égouts ? Vous traitez de manière romanesque d’un thème d’actualité dont tout le monde parle ? Il y a un détail formel dans votre manuscrit qui le distingue de tous les autres, par exemple des passages destinés à être complétés par l’usage d’une appli, ou des dialogues en araméen ? C’est là qu’il faut le mentionner.

Ça peut donner quelque chose dans ce genre :

Un naturaliste sort un roman sur la mort de notre écosystème

L’humanité n’a plus que cinquante ans pour éviter une disparition massive des espèces animales et végétales. À partir de ce point de départ tragique, Rodolfo Gregorius, biogénéticien à l’Université de Strasbourg, a signé un livre d’anticipation au suspense haletant. Un livre au carrefour de la science, de la littérature, et de l’actualité la plus brûlante, qui offre quelques pistes sur ce que nous pourrions faire pour éviter ça.

Il convient, à ce sujet, de faire un travail sur soi : ces anecdotes, ce n’est peut-être pas ce qui compte le plus pour vous, l’auteur du roman, mais elles constituent une porte d’entrée vers votre univers, susceptibles d’attirer l’attention du plus grand nombre. Et c’est bien pour ça que vous avez contacté les médias, n’est-ce pas ? Si vous éprouvez des scrupules à présenter vos écrits de cette manière, si pour vous, une approche marketing équivaut à de la prostitution, ne vous infligez pas ce supplice et abstenez-vous tout simplement de contacter la presse.

En fait, ce que l’on recherche ici, c’est une manière de harponner l’attention du journaliste, un détail, une anecdote qui lui fasse se dire : « Tiens, c’est rigolo/intéressant/original, il faut que j’en parle à mes lecteurs/auditeurs/téléspectateurs. » En lisant votre titre et votre chapeau, il faut qu’il ait déjà une idée de ce à quoi pourrait ressembler son article. De cette manière, vous lui aurez mâché le travail, selon le principe évoqué dans l’article précédent.

Attention de conserver à l’esprit le média auquel vous vous adressez. Un quotidien régional s’intéressera principalement à évoquer des personnages de la région, et à mettre en valeur des thèmes locaux. Si vous le pouvez, mettez donc en avant ces aspects-là dans votre présentation. Un média populaire va plutôt rechercher l’universel, l’anecdote, l’amusant, et c’est ça qu’il faut lui offrir en pâture. Enfin, un média culturel, ou la presse dite « de qualité », va s’intéresser à la singularité de la démarche, à la qualité littéraire supposée du texte. Et puis, si l’on considère un autre axe, une télévision ou un média audiovisuel vont chercher à savoir à quel point il est aisé d’illustrer le sujet en image, alors qu’une radio sera sensible au contenu audio et à la possibilité de convier l’auteur pour une interview en direct. Oui, tout cela suppose que, dans la mesure du possible, il peut être sage de varier votre approche selon les médias.

Le corps du texte

Juste en-dessous du chapeau, je vous suggère de faire figurer un bref texte explicatif, de trois paragraphes, éventuellement quatre. Celui-ci va venir compléter et éclaircir les informations contenues dans votre chapeau, et fournir au journaliste toutes les informations de base dont il a besoin avant de vos contacter.

Ce texte doit être agréable à lire, exempt de jargon et ne pas se perdre dans les détails. Mais il ne s’agit plus ici de hameçonner l’attention de la personne qui vous lit : si elle est arrivée jusque-là, c’est qu’elle n’est déjà plus complètement indifférente à votre démarche. Par contre, profitez de son attention pour répondre à ce que, en journalisme, on appelle « les cinq questions » : qui, quoi, quand, où, pourquoi. Expliquez qui vous êtes, ce que vous avez fait, quand vous l’avez commencé et terminé, d’où vous venez et où se passe votre récit, et ce qui vous a motivé à l’écrire.

Ces questions ne sont qu’une des possibilités de rédiger un texte explicatif pour un communiqué de presse, qui permettent de ne rien oublier d’important. En règle générale, je pense qu’une approche qui fonctionne bien, c’est de consacrer le premier paragraphe à développer un peu plus longuement les points résumés dans votre titre et votre chapeau, le deuxième à parler du bouquin et le troisième à parler de vous.

Les coordonnées

Attention, c’est très important : vos coordonnées doivent figurer sur la première page du communiqué. Je le répète pour que ça soit tout à fait clair : vos coordonnées doivent figurer sur la première page du communiqué. Par « coordonnées », j’entends une section qui comporte votre prénom et nom, un numéro de téléphone mobile et une adresse e-mail.

Si un journaliste doit traquer votre numéro ou votre mail lui-même, ou vous envoyer une note par Messenger parce que vous n’avez pas songé à lui fournir de moyens de le joindre, il va vite se décourager, et même, probablement, renoncer avant d’avoir commencé. Vous n’avez vraisemblablement aucune idée à quel point il est fréquent, dans les médias, de tomber sur des communiqués dans lesquels il manque cette information cruciale.

Tout aussi essentiel : maintenant que vous avez indiqué votre numéro de téléphone, décrochez lorsqu’on vous appelle. Pendant au moins une semaine après l’émission du communiqué, pas question de laisser votre portable en mode Nuit, ou de laisser sonner en espérant qu’on vous laisse un message sur votre boîte vocale. Le contrat moral, lorsque votre numéro figure sur un communiqué, c’est que vous allez être disponible pour répondre (même si vous répondez en demandant à la personne de rappeler plus tard). Là aussi, les journalistes se fatiguent très vite s’il n’y a personne au bout du fil. Ça m’est arrivé des tas de fois.

Une image

Un communiqué de presse, ça n’est pas que du texte. Il est important d’y faire figurer un visuel, afin d’attirer l’œil et de créer un contact. On lit bien plus volontiers un texte informatif s’il inclut une illustration. Pour un roman, ça tombe bien, il y a deux illustrations qui s’imposent d’elles-mêmes : la couverture du livre et le portrait photographique de l’auteur. Choisissez-en une des deux, ou incluez les deux si vous voulez.

Il a été prouvé que les images qui comportent un visage humain suscitent davantage d’engagement de la part des lecteurs. Si l’illustration de votre bouquin n’inclut pas cet élément, optez plutôt pour votre portrait. Et pas question d’opter la première photo floue, prise en fin de soirée, qui vous tombe sous la main : prenez le temps de prendre un portrait qui vous met en valeur.

Les autres pages

En principe, tout ce que je viens de décrire ici est suffisant. Toutes les informations utiles doivent tenir sur une seule page. Cela ne vous empêche pas cependant d’ajouter des pages supplémentaires à votre document. Il faut juste être conscient qu’il y a relativement peu de chance que celles-ci soient lues, donc n’y faites pas figurer des informations essentielles.

Que pouvez-vous y mettre ? Une notice bibliographique plus complète, par exemple, accompagnée d’un nouveau portrait photo, au cas où votre présentation en première page aurait été trop succincte. Vous pouvez également dire deux mots de la maison d’édition (si vous êtes édité de cette manière) et donner un aperçu de sa collection. Si vous êtes l’auteur de plusieurs romans, ou, par exemple, d’essais, ou de pièces de théâtre, qui pourraient retenir l’attention d’un journaliste et lui permettre de vous situer, vous pouvez en inclure la liste, sous la forme d’une brève chronologie. Et puis, pourquoi ne pas inclure un court extrait de votre roman, la première page, par exemple.

La mise en page

Je recommande une mise en page sobre. L’idée, c’est que c’est le contenu qui doit primer, et que celui-ci doit être le plus clair et le plus accessible possible. Donc présentez votre communiqué de presse sur du papier blanc, avec des polices de caractère usuelles et lisibles, et sans rien qui puisse faire diversion par rapport à votre message.

Si l’aspect visuel de votre livre est important, par exemple s’il est illustré, vous pouvez faire figurer cet aspect dans le communiqué. Et puis il faut le reconnaître : parfois, un communiqué original sur le plan visuel va séduire les journalistes et retenir leur attention. Mais c’est plus l’exception que la règle, et si c’est l’option que vous retenez, je vous souhaite d’être sûr de votre coup, parce que ce qui peut séduire peut également agacer.

Le mail

Votre communiqué de presse, c’est un document, idéalement au format pdf, qui va être attaché à un mail. Ce mail est également très important, comme on peut aisément se l’imaginer, puisque c’est lui qui va déterminer si le journaliste ou le secrétaire de rédaction qui en prend réception va décider d’aller plus loin.

Il m’est déjà arrivé d’être en charge de la boîte mail d’une rédaction, et je peux confesser qu’il est rare que l’on passe plus de dix secondes avant de supprimer un courriel ou de le classer pour qu’il soit traité, d’une manière ou d’une autre. Le contenu du message est donc absolument crucial. Il doit contenir toutes les informations essentielles et être incitatif.

Au fond, la manière la plus simple de procéder, c’est de proposer une version alternative du titre et du chapeau de votre communiqué de presse. Tournez les phrases différemment, écrivez le tout comme une lettre, avec les formules de politesse de circonstance, mais pour l’essentiel, tout ce que j’ai dit ci-dessus est valable. Oui, ça n’est pas facile d’écrire le même message deux fois de manière différente, en restant bref et en se montrant courtois, mais prenez malgré tout le temps de le faire, c’est important.

Sur ce mail doivent également figurer vos coordonnées, les mêmes que dans le communiqué, présentées de la même façon. Parfois, les attachements se perdent : si vous faites figurer ces données essentielles dans votre courriel, un journaliste pourra toujours vous contacter, même s’il a égaré votre communiqué de presse. Oui, ça aussi, c’est courant.

Que faut-il en attendre ?

D’un point de vue journalistique, la sortie d’un roman constitue une actualité « froide. » À moins qu’elle ne soit assortie d’un événement, d’une séance de dédicace, d’un vernissage public, rien n’oblige un média à s’y intéresser de toute urgence, ou même dans un temps donné.

Cela signifie que votre communiqué de presse pourrait avoir la vie dure. Il est possible que vous soyez contactés immédiatement par un journaliste enthousiaste. Il est également envisageable que l’on cherche à vous joindre plus tard, peut-être même plusieurs semaines plus tard, une fois que l’actualité se calme et qu’il faut « boucher un trou » dans la publication.

Donc si on ne vous donne pas de retour tout de suite, ça n’est pas forcément fichu. Par contre, il est également très possible que vous n’ayez pas de réaction du tout. Si vous faites parvenir votre communiqué à une quinzaine de médias, estimez-vous heureux d’être contacté en retour par un ou deux d’entre eux. Et préparez-vous à ce que personne ne soit intéressé, malgré tout votre travail. C’est le genre de choses qui arrivent. En tous les cas, ne relancez pas les rédactions : si elles n’ont pas été intéressées la première fois, elles ne le seront pas la seconde, et risquent même de vous coller une étiquette de gêneur.

A qui l’adresser ?

Envoyez votre mail à un maximum de médias, ça ne coûte rien. Constituez-vous une liste d’adresses de contact des rédactions susceptibles d’être intéressées, au plan régional ou national, sans oublier la presse écrite, les radios, les télés, les magazines, les médias en ligne.

En général, on trouve les adresses mail sur les sites web des médias. Dans le cas d’une rédaction qui aurait une rubrique culturelle, envoyez une copie de votre courriel à cette adresse, en plus de l’adresse principale de la rédaction. Et si vous connaissez personnellement un rédacteur qui pourrait potentiellement, selon vous, manifester de l’intérêt pour votre roman, ajoutez-le lui aussi à la liste.

Les médias

blog les médias

Quand on est autrice et auteur, une fois qu’on est parvenu à écrire et à publier un roman, une des préoccupations suivantes est de communiquer la nouvelle au public, afin d’avoir des lectrices et lecteurs. Eh oui, avouez que ça serait dommage de s’être donné tant d’efforts pour que votre œuvre passe inaperçu. Pour éviter cette tragédie, il faut utiliser tous les moyens à votre disposition afin de crier sur tous les toits que vous existez, votre bouquin aussi, et que, diable, il pourrait devenir, qui sait, le livre préféré de nombreux lecteurs.

Et un ce ces moyens, c’est de faire appel aux médias.

Comme je suis journaliste radio, en-dehors de mon activité d’auteur et de blogueur, je suis idéalement placé pour vous donner quelques astuces dans cette démarche. C’est pourquoi ce billet et les suivants sont consacrés à cette question, et qu’il ne faut surtout pas hésiter à me laisser un commentaire si vous avez une question plus spécifique.

Mais avant de passer aux considérations pratiques, posons-nous la première question qui s’impose : pourquoi, pour un auteur, faire appel aux médias ?

La raison principale, c’est qu’en le faisant, vous bénéficiez de leur audience. À travers eux, votre texte va atteindre leurs lecteurs, auditeurs, téléspectateurs, abonnés, ce qui potentiellement, peut lui donner un retentissement qu’il n’aurait pas sans cette intervention. C’est particulièrement le cas pour la littérature de genre, dont on ne parle traditionnellement que dans des cercles relativement fermés : en passant par la presse, vous pouvez toucher le grand public, ou en tout cas un petit segment. Un article bien tourné, pour le dire autrement, peut augmenter vos ventes.

Obtenir la considération d’un organe de presse reconnu augmente également votre crédibilité : si on parle de votre roman dans les médias, vos démarches auprès des libraires, par exemple, pour organiser des séances de dédicaces, n’en seront que facilitées.

Les journalistes sont exactement aussi paresseux que n’importe qui d’autre

Mais pour que ça fonctionne, il est également nécessaire de comprendre ce qu’un journaliste recherche de son côté. C’est assez différent. Lui (ou elle), a une mission : rapporter l’actualité (artistique ou régionale, selon à qui vous vous adressez). Il a également une rubrique à remplir, ce qui parfois recoupe la même considération, et parfois non. Enfin, comme à peu près n’importe qui, il aimerait parvenir à faire cela sans trop se fatiguer.

Qu’est-ce que ces trois critères signifient pour vous, qui souhaitez que l’on parle de votre livre dans les médias ?

Le premier, le souhait de justesse, de coller au plus près de l’actualité, nécessite que vous plaidiez en faveur de votre roman : il s’agit de le présenter comme une information digne d’être rapportée, qui répond aux préoccupations du public. Nous verrons de manière détaillée comment procéder dans l’article que je consacrerai aux communiqués de presse.

Le deuxième critère, soit la nécessité pour le journaliste de produire du contenu régulièrement pour une rubrique, va influencer le facteur temps. Cela signifie qu’il y a des moments où votre requête sera mieux accueillie que d’autres. Cela peut aussi vouloir dire, étant donné qu’un roman reste d’actualité plus longtemps qu’une exposition ou un festival, qu’un média à qui vous vous êtes adressée peut potentiellement vous recontacter plusieurs jours, voire plusieurs semaines après la première prise de contact. Essentiellement, dès qu’il y a un trou à boucher dans la rubrique, votre roman passe de la catégorie « Mouais, on en parlera peut-être un jour » à « Pourquoi pas aujourd’hui ? »

Les journalistes sont exactement aussi paresseux que n’importe qui d’autre, ce qui est un élément essentiel à comprendre pour qui souhaite faire appel à leurs services. C’est le troisième critère, et il signifie que pour attirer l’attention des médias, il faut leur mâcher le travail : toutes les informations essentielles doivent leur être communiquées de manière synthétique, et si vous pouvez, en leur envoyant un premier mail, déjà leur suggérer à quoi pourrait ressembler leur article, cela augmente vos chances de les intéresser.

Chacun se rend disponible pour l’autre

Là aussi, on verra comment procéder dans un article suivant. Mais retenez ce principe essentiel : si vous n’êtes pas clair, ou que vous n’incluez pas des informations essentielles, comme des numéros de contact, vous diminuer vos chances que l’on parle de votre bouquin. Si le gars ou la fille à qui vous envoyez votre mail doit faire des recherches pour comprendre où vous voulez en venir, il est fort probable qu’il préfère se lancer à la place dans un autre sujet moins coriace. Oui, c’est le principe du moindre effort, omniprésent dans les professions qui doivent travailler vite.

Attention, soyez subtils et ne refermez pas les portes avant que celles-ci ne s’ouvrent. Si, dans votre approche, vous donnez l’impression que le journaliste vous doit quelque chose et qu’il est donc normal qu’il parle de vous, ou que vous connaissez mieux son métier que lui-même et que vous allez donc lui dire quand et comment évoquer votre roman, votre message va terminer immédiatement dans la corbeille de son ordinateur. En plus d’être paresseux, un journaliste est un être fier. Il n’apprécie pas que des inconnus viennent lui dicter sa conduite. Vous êtes là pour leur soumettre une suggestion qui n’engage à rien, pas pour leur imposer quoi que ce soit.

Dans une démarche d’approche des médias telle que celle que je décris ici, il y a un échange implicite : chacun y trouve son intérêt, et chacun se rend disponible pour l’autre. Le journaliste accepte de vous consacrer un peu de son temps, et en échange, il faut que vous libériez un peu du votre. S’il a besoin de vous poser des questions au téléphone, aménagez le temps qu’il faut ; s’il veut vous voir pour enregistrer vos réponses ou tourner un sujet vidéo, n’ergotez pas sur le moment du rendez-vous ; s’il vous pose des questions que vous jugez idiotes, faites preuve de patience et de compréhension, même s’il faut s’y reprendre à plusieurs fois pour que vous vous fassiez comprendre. Et attention, c’est important : si vous communiquez votre numéro de téléphone à un journaliste, il faut répondre quand il vous appelle. Pas sûr que vous ayez une seconde chance.

Parce qu’au fond, c’est ça, interagir avec un journaliste : une conversation, dans un cadre précis, sur un sujet qui vous tient à cœur, et qui, si elle se passe bien, peut mener à de nombreuses autres conversations encore plus fructueuses.