Dix types de ton

blog dix types de ton

Partant du principe que certaines choses sont plus claires quand on les illustre, dans cette série consacrée au ton en littérature, maintenant qu’on a eu l’occasion de détailler la partie théorique, je vous propose d’examiner une dizaine d’exemples de tons que vous pouvez adopter pour votre roman.

On pourrait en citer énormément, mais j’ai retenu ces dix exemples parce qu’ils correspondent à ceux qui, à mon avis, sont les plus courants et peuvent être les plus immédiatement utiles pour les romanciers.

Notez que rien ne vous oblige d’aller puiser un de ces exemples dans la liste afin de l’appliquer à votre histoire en cours. Un romancier qui s’intéresse à réfléchir aux questions stylistiques pourra être tenté d’opter pour un ton principal distinctif et peu courant, qui ne figure pas sur la liste. Pourquoi ne pas rédiger un manuscrit au ton anxieux ? Confiant ? Hostile ? Solennel ? Ardent ? Un tel choix pourrait conférer à une œuvre un incomparable vernis d’originalité.

Humoristique

Le comique, la comédie, l’humour et le ton humoristique sont des notions qui s’entrecroisent mais qui n’ont pas tout à fait la même signification. Le comique est un registre, la comédie un genre, l’humour un sens aussi bien qu’une discipline, quant au ton humoristique, et bien c’est un ton. Plus précisément, celui qui vise à faire rire ou sourire le lecteur, par des juxtapositions de sens, des jeux de mots, des surprises, des répétitions, de la caricature, des sons amusants, etc.. Il peut prendre une forme ludique, spirituelle, ironique, burlesque, etc…

Un bon exemple de ton humoristique en littérature est le roman « Le guide galactique » de Douglas Adams.

Optimiste

Écrire une histoire au ton optimiste revient à chercher à conférer à son écriture un sens de l’espoir, à porter un regard positif sur l’avenir. Cela ne signifie pas qu’un tel roman n’aura pas d’enjeux ou que ses personnages ne feront face à aucune difficulté, mais qu’en relatant l’intrigue, on mettra un point d’honneur à mettre en avant les aspects réconfortants ou édifiants, à donner de l’inspiration aux lecteurs et des aspirations aux protagonistes. Une figure de style comme l’hyperbole, le superlatif, un vocabulaire familier, l’usage du point d’exclamation font partie des techniques qui peuvent aider à exprimer un ton optimiste.

Le roman « Pour un garçon » de Nick Hornby offre un bon exemple d’un texte au ton optimiste.

Léger

Un ton léger va chercher à raconter une histoire en réclamant aussi peu d’efforts que possible au lecteur, que cela soit des efforts intellectuels ou émotionnels. Ainsi, les mots utilisés seront courts, courants et faciles à comprendre, les phrases longues sont exclues et les effets de style les plus démonstratifs sont à éviter. De plus, un roman au ton léger est un roman où rien n’est vraiment grave, ou on évite de s’attarder sur les peines et les traumatismes des personnages et où aucune émotion n’est jamais poussée à son extrême.

Même si ça n’a rien d’obligatoire, de nombreux auteurs de littérature jeunesse choisissent d’écrire dans un ton léger. « Le Magicien d’Oz » de L. Frank Baum s’inscrit dans cette tradition : pour un roman qui parle de tyrannie, de guerre et de personnages névrosés, tout est amené avec une remarquable absence de gravité.

Sarcastique

À distinguer de l’humour, le sarcasme constitue un regard très différent sur une œuvre et ce qui s’y déroule. Là où le ton humoristique cherche à souligner et à accompagner la drôlerie naturelle des situations et des personnages, le ton sarcastique choisit de prendre de la distance et de juger l’œuvre, souvent négativement. Opter pour cette approche consiste à grossir les petits défauts des protagonistes de manière critique, voire mordante, à souligner leurs contradictions et leur hypocrisie, et à décortiquer avec acidité le fonctionnement de la société dans laquelle ils s’inscrivent. L’auteur se sert d’exagérations, de comparaisons, mais aussi de figures d’oppositions, telles que l’antiphrase (« Rien n’était si beau, si leste, si brillant, si bien ordonné que les deux armées. »)

Pour avoir une idée de ce à quoi cela pourrait ressembler, je suggère la lecture du « Candide » de Voltaire.

Sec

Présent aussi bien en littérature que dans la correspondance ou même dans la conversation, le ton sec est celui qui se caractérise par une approche tranchante, sans affect ni concession. L’auteur qui adopte cette attitude peut le faire en optant pour des phrases courtes, sobres, pauvres en adverbes et autres ornements. Le ton sec est celui qui ne s’excuse jamais d’exister. L’idée est de s’approcher de la vérité, ou d’une vérité, sans chercher le moins du monde à se montrer aimable ou agréable. Contrairement au sarcasme, il ne s’agit pas ici de juger, juste de prendre ses distances avec la moëlle émotionnelle de l’humanité.

On en trouvera de bons exemples dans les romans de Michel Houellebecq, et en particulier dans « Extension du domaine de la lutte », que j’ai examiné sur ce site.

Nostalgique

Comme son nom l’indique, une œuvre au ton nostalgique est celle qui porte sur le passé un regard à la fois fasciné et attendri. Dans ce genre de roman, les événements d’autrefois servent de référence et projettent leur ombre sur le présent. Tout est présenté en fonction de ce filtre : rose et ému lorsqu’on évoque le passé ; sombre, affecté, affamé ou résigné lorsqu’on parle du présent. Plus que d’autres attitudes du romancier vis-à-vis de son texte, celle-ci fonctionne constamment sur un double registre émotionnel, l’un idéalisé, l’autre critiqué.

L’autrice mexicaine Laura Esquivel a signé un chef d’œuvre du roman nostalgique avec « Chocolat amer ».

Triste

Les romans qui adoptent un ton triste sont ceux qui présentent avec empathie la perspective des personnages à travers leurs souffrances et leurs tourments. Les mots utilisés sont lourds, sombres, sérieux et chargés de pathos. Tout est abordé sous un angle pessimiste, morose, maussade ou découragé. L’idée est d’émouvoir le lecteur et de lui faire ressentir la douleur des protagonistes, et, ainsi de s’assurer son implication dans l’histoire qui lui est racontée. La meilleure manière de procéder consiste à dépeindre l’intrigue avec compassion, tout en laissant entendre qu’il n’existe ni espoir, ni échappatoire. Des outils qui fonctionnent bien sont le lyrisme, l’hyperbole, les comparaisons, les phrases interrogatives.

Critiqué en son temps sur cette page, « La route » de Cormac McCarthy, est un roman très triste.

Effrayant

De même qu’il faut distinguer comédie et ton humoristique, il est tout aussi pertinent d’apprendre à faire la différence entre un genre : l’horreur ; un sentiment : la peur ; et le ton effrayant. Celui-ci correspond aux textes littéraires dont l’auteur souhaite qu’ils inspirent la peur. Naturellement, il est tout à fait possible d’aménager des passages effrayants au sein de genres qui n’ont rien à voir avec l’horreur.

En termes littéraires, l’élaboration de l’horreur se confond avec l’évocation du suspense, qui, poussé à son paroxysme, peut être source d’anticipation, voire de terreur chez le lecteur. Pour cela, l’usage de figures de style comme l’ellipse ou la litote, les points de suspension, des ruptures de rythme dans la construction des paragraphes peuvent aider à faire fonctionner l’imagination du lecteur et à susciter des sueurs froides.

« Simetierre », de Stephen King, est un livre exemplaire par sa capacité à évoquer l’effroi.

Mélancolique

Situé à l’intersection du plus lourd des désespoirs et de l’inspiration la plus fertile et la plus transcendantale, la mélancolie occupe un registre bien à elle, pas toujours facile à définir, mais qui offre au romancier les clés d’un des sentiments les plus représentatifs des complexités de l’âme humaine. Ici, il s’agit d’émouvoir le lecteur, et d’aller chercher la joie qui se cache dans le chagrin et la tristesse qui se loge dans le bonheur. Pour y parvenir, l’auteur fera usage de métaphores et de comparaisons, d’antithèses, voir même d’apostrophes quand personnages et narrateurs s’adressent aux sphères cosmiques pour les prendre à témoins.

À titre d’exemple, « La peau de chagrin » d’Honoré de Balzac est un grand roman mélancolique.

Pompeux

Terminons cette énumération d’une dizaine de possibilités de tons littéraires par un intitulé qui peut paraître péjoratif : le ton pompeux. La pompe, c’est le cortège, la procession, et, par extension, l’apparat qui caractérise ceux-ci. Le style pompeux, c’est donc celui qui exacerbe les aspects émotionnels les plus démonstratifs : l’héroïsme, le drame, le sacrifice, le pathétique. C’est une composante essentielle d’une partie de la littérature populaire, dans des registres aussi divers que la fantasy, la romance, le pulp ou le fantastique contemporain.

Le ton pompeux fonctionne par emphase, suscitée par l’hyperbole, mais aussi les énumérations, les superlatifs, les métaphores et les anaphores, ainsi que les adverbes d’intensité. Longues phrases, longs paragraphes et longues descriptions sont non seulement autorisés, mais vivement encouragés, de même que les paginations à rallonge.

« Autant en emporte le vent » de Margaret Mitchell représente une bonne illustration de ce ton.