Projet Sergio 4 : Un nouvel espoir

blog projets en cours

Je continue à parler de mon projet actuel, Star Wars en mode western spaghetti, surnommé « Projet Sergio », et la dernière fois, j’ai expliqué pour quelle raison j’ai été tenté d’écrire un pastiche de Star Wars. Cette fois-ci, j’aimerais expliquer en quelques mots que si mon ambition est d’évoquer le ton, le mélange des genres et l’aspect visuel de la saga de George Lucas, je cherche également à m’en démarquer, pas uniquement pour éviter le procès (je suis invisible aux yeux de Lucasfilm, de toute manière, et je n’emprunte rien que Star Wars n’a pas lui-même emprunté à des sources bien plus anciennes), mais surtout pour conférer une tonalité un peu plus personnelle au résultat final. À quoi bon réinventer ce que les autrices et auteurs de fanfiction font déjà très bien ?

Pour me faciliter la tâche, je suis allé puiser dans une oeuvre à moi, ancienne et méconnue. Quand j’étais adolescent et jeune adulte, j’ai écrit et animé pendant des années un jeu de rôle de space opera baptisé « Kocmoc », qui a connu de nombreuses moutures. Il racontait l’exploration de l’espace par les Soviétiques au 24e siècle. J’ai récemment écrit une nouvelle version, pour mon système META, où je débarrassais l’univers de toutes ses fioritures afin d’en faire un jeu rétrofuturiste et un peu sarcastique, très concentré sur son thème central.

Mais à l’époque, Kocmoc, c’était un jeu bien plus large, avec d’innombrables espèces extraterrestres, mais aussi des cyborgs, des mutants, des moines combattants de l’espace qui s’appellent les Accomplis, etc… Tout ce que j’ai retiré du jeu, j’ai décidé de m’en servir comme source d’inspiration pour donner du corps à mon nouveau roman. Essentiellement, dès que je me pose une question sur la manière de nommer un objet, sur une technologie, etc… je me souviens de ce que j’ai créé à l’époque, si ça me convient, je garde, si ça convient à moitié, je prends ça comme base et si ça ne fait pas l’affaire, j’invente autre chose.

Kksoldat

Cela dit, il ne s’agit pas d’adapter un univers créé dans un autre contexte, à une époque où j’étais une personne différente. Il s’agit juste d’épicer un nouvel univers pour lui donner du relief. Par exemple, dans « Sergio », j’ai mis des Accomplis, qui jouent un peu le rôle des Jedi, mais qui ne ressemblent ni vraiment aux Jedi, parce qu’ils n’ont ni les mêmes pouvoirs, ni de Force, ni de sabres laser, et ils ne ressemblent pas non plus aux Accomplis de mon jeu de rôle l’époque, qui se battaient à mains nues en débloquant le pouvoir de leurs chakras. En réalité, je n’ai gardé que le nom.

Selon le même principe, il y a des cyborgs et des mutants, comme dans Kocmoc, mais dans mon roman je m’en sers pour explorer une dichotomie : les mutants sont des marginaux, des individus qui se situent tout en bas de l’échelle sociale, et qui acceptent d’abandonner une partie de leur humanité pour gagner des capacités surhumaines, alors que les cyborgs sont affiliés au pouvoir, et, essentiellement, utilisent leur argent pour devenir meilleurs que des humains ordinaires. Là encore, je procède à un bouturage de vieux concepts personnels sur le tronc de Star Wars pour produire un hybride distinct de l’un comme de l’autre. Je suis jardinier à ma manière.

On constatera qu’avec ce genre d’éléments de décor, on prend quelques distances avec Star Wars. C’est délibéré, puisque je ne souhaite pas procéder à une simple décalque. J’ajouterais que l’univers du roman se distingue de celui de George Lucas par deux autres aspects déterminants, qui ne viennent pas de Kocmoc : d’abord, ça ne se passe pas « Il y a bien longtemps », ni « Dans une galaxie lointaine, très lointaine », mais dans l’avenir, dans notre Voie Lactée, et qu’il y a donc dans cet univers des traces distinctes de notre civilisation : des chiens, des vaches, de la pop culture. Ensuite, il n’y a aucune civilisation extraterrestre, et donc les seules créatures qui sont physiquement différentes de l’humain de base sont des mutants. Ces deux parti-pris à eux seuls aboutissent à une tonalité assez radicalement différente des films qui me servent de point de départ. En plus, c’est du western spaghetti, mais ça on va y revenir une autre fois. 

Projet Sergio : origines

blog projets en cours

Une nouveauté sur ce site : j’ai l’intention de vous tenir au courant de l’avancée de mes différents projets d’écriture, sous la forme de billets courts à parution irrégulière. Je pense que ce genre d’information peut être d’intérêt général, mais en plus, cela devrait former, à terme, une chronique de l’évolution de ces projets et une sorte de carnet de notes à usage interne. N’hésitez pas, naturellement, à me poser toutes les questions que vous souhaitez.

Ce qui me donne envie de me lancer là-dedans, c’est que je viens d’entamer la rédaction d’un roman, il y a environ une semaine. J’ai achevé il y a quelques semaines la cinquième mouture d’un bouquin d’urban fantasy/horreur (ci-après surnommé « Projet Berlin »), confié aux bons soins d’une maison d’édition, dans l’attente, peut-être, d’une sixième version. Comme je le fais d’habitude, avant d’entamer quelque chose de nouveau, j’ai joué aux jeux vidéo pendant un moment, mais j’ai fini par m’impatienter. Mon intention était d’entamer le travail de construction narrative de mon troisième roman du Monde Hurlant (que nous appelerons « Projet Crèvecorps »), mais j’ai bien senti que je n’étais pas mûr et l’ampleur de la tâche m’a rebuté. Comme j’avais malgré tout envie d’écrire, je suis allé dans mes notes afin de dénicher une des trames de romans laissée en plan. Cela paraissait beaucoup plus facile, donc j’ai jugé que c’était idéal : un roman sur lequel je pouvais travailler sans trop de casser la tête, dont je pouvais interrompre la rédaction au besoin sans risquer de m’y perdre, et qui me donnait du temps pour continuer à élaborer en parallèle le Projet Crèvecorps. En plus, la tonalité de cette idée m’a plu, moi qui sort de la rédaction de deux nouvelles dans le registre pulp.

C’est donc le Projet Sergio. Il a un autre titre, mais je vais y faire référence de cette manière pour le moment. Pourquoi « Sergio »? Parce qu’il s’agit d’un roman de space opera un peu idiot, un pastiche qui rend hommage à George Lucas mais aussi au western spaghetti et à Sergio Leone en particulier. Je vous en dirai plus à ce sujet ces prochaines semaines.