Évoquer un ton

blog évoquer un ton

Les habitués de ce site ne vont pas s’en étonner : dans cette série consacrée à la notion de ton en littérature, après s’être intéressé au « quoi » dans un billet précédent, donc après avoir joué au jeu des définitions, il est temps de se pencher sur le « comment ». En d’autres termes : par quel biais une autrice ou un auteur peut exprimer un ton ou un autre dans un roman ?

Pour communiquer le ton, un écrivain a un certain nombre d’outils à sa disposition. Le choix du niveau de langage et du vocabulaire est le principal : le ton est construit en choisissant certains mots plutôt que d’autres, sélectionnés en fonction de leur niveau de langage et de leurs connotations.

Cela mène à des distinctions parfois subtiles entre une approche émotionnellement neutre et une attitude colorée par un ton plus affirmé. Décrire, par exemple, un échec sentimental comme, eh bien, « un échec », ne transmet pas la même tonalité que si on avait choisi de le décrire comme « une catastrophe », « une erreur », ou comme « une risible péripétie ».

Quelque chose d’aussi minuscule qu’une virgule

Ainsi, un auteur qui souhaite élaborer un ton courroucé tout au long de son roman sera bien inspiré de collectionner des termes agressifs, hostiles, connotés négativement, voire même d’aller en emprunter à différents niveaux de langage. Selon le même principe, un roman noir va évoquer les ténèbres qui ceignent les cœurs des citadins en utilisant un vocabulaire sombre, pessimiste, mélancolique.

Si vous n’obtenez pas l’effet que vous souhaitez, si le ton n’est pas conforme à vos attentes, passez en revue les passages-clé de votre roman et vérifiez les mots que vous utilisez : peut-être sont-ils trop neutres et mériteraient-ils d’être remplacés par des termes plus colorés, quelle que soit la teinte que vous désirez.

Autre arme à la disposition de l’écrivain : la ponctuation. Terminer une phrase par un point, un point de suspension ou un point d’exclamation n’aboutit pas du tout à produire le même effet, et a des conséquences palpables sur le ton d’un texte. Comparez, à titre d’exemple, les phrases suivantes :

Tu n’es pas le bienvenu ici !

Tu n’es pas le bienvenu, ici.

Tu… n’es pas le bienvenu ici…

Trois fois les mêmes mots, trois ponctuations différentes, et au final, trois tons distincts. Une manière de réaliser que chaque choix stylistique contribue au ton général de votre récit, même quelque chose d’aussi minuscule qu’une virgule.

La structure des phrases et des paragraphes peut également être mobilisée pour affirmer un ton plutôt qu’un autre, selon qu’on opte, par exemple, pour la voie passive, pour des phrases courtes ou pour des répétitions, pour citer trois options susceptibles d’évoquer des effets très différents. Un roman entièrement écrit avec des phrases courtes, sans verbes, et des paragraphes minimalistes, évoquera un ton sec, distant, affairé, nerveux, alors qu’un texte qui s’étend le long de phases interminables, agglomérées en chapitres géants, donnera une impression de pesanteur, de majesté, de lenteur, ce qui peut là aussi contribuer à créer un ton plutôt qu’un autre.

Chaque phrase a un ton distinct

Jusqu’ici, on a surtout évoqué le ton d’un roman dans son ensemble, puisque c’est la raison d’être de cette série d’articles. Mais en réalité, chaque phrase, chaque paragraphe, chaque chapitre a un ton distinct.

C’est quelque chose sur lequel un auteur peut jouer, en s’offrant quelques petits écarts. Même un roman au ton grave peut s’offrir un interlude plus léger. Imaginons un roman sur la manière dont la perte d’un parent et le deuil qui s’ensuit ravage une famille. L’auteur pourra trouver judicieux d’ajouter un paragraphe au ton complètement différent, par exemple un flashback, ou même un immense fou rire incontrôlé des frères et sœurs devant le buffet prévu pendant les funérailles. Bien amené, cet instant de légèreté ne fera que renforcer le ton général, en lui donnant quelque chose contre quoi s’appuyer, un moyen de comparaison.

De manière générale, cependant, le ton du roman est la résultante du ton de chaque partie qui le compose. Pour que votre propos soit compréhensible, il est nécessaire qu’il soit relativement homogène tout au long du texte. On verra comment procéder dans un prochain article.

Le ton

blog ton

Lorsqu’on parle de littérature, la présence de certains éléments va de soi. C’est le cas des personnages par exemple : chacun a une idée intuitive de ce que c’est, et tout le monde s’attend à en trouver dans un roman. Il y a également des concepts optionnels, qui peuvent être associés à un projet littéraire, ou en être absents, à l’image des messages, qu’on a eu l’occasion d’évoquer ici.

Et puis, dans une catégorie plus agaçante, il y a des notions qui sont présentes dans tous les projets littéraires, que cela soit délibéré ou non, mais dont de nombreuses autrices et auteurs ne suspectent pas l’existence. C’est le cas du ton (et non pas du thon, comme l’image de poisson qui illustre l’article pourrait le laisser penser).

Sur ce site, je vous propose de consacrer une série d’articles à explorer cet outil précieux. Et naturellement, comme j’en ai l’habitude, je vous propose de commencer par chercher à établir une définition. Elle est assez simple.

Le ton, c’est une attitude, une posture. Pour être précis, il s’agit de l’attitude qu’adopte l’auteur vis-à-vis de son sujet et de ses lecteurs.

Le ton est présent dans toute forme de communication

Pensez à une conversation de la vie de tous les jours. Vous revenez d’une soirée qui a été un désastre du début jusqu’à la fin, et vous l’évoquez auprès de votre entourage. La manière dont vous allez présenter votre récit va subir l’influence du ton que vous avez choisi d’employer. Par exemple, si, en rentrant, vous vous exclamez : « C’était vraiment une soirée géniale, ça tombe bien, j’adore l’ennui », ces mots reflètent votre décision, consciente ou inconsciente, d’adopter un ton sarcastique. Si vous préférez vous montrer plus sincère, vous pourriez dire : « C’était une mauvaise soirée, elle manquait d’ambiance ». Une troisième possibilité serait par exemple d’adopter un ton tragique : « C’est de loin la soirée la plus catastrophique que j’ai vécu de toute ma vie ! »

Le ton est présent dans toute forme de communication, comme on le voit avec ces exemples issus d’une conversation ordinaire (on pourrait d’ailleurs mettre en parallèle, dans cet exemple, le ton des mots et le ton de la voix). Mais il fonctionne également de la même manière à l’échelle d’un roman. Comme pour toute autre forme d’expression – une conversation, une lettre, un message sur un répondeur, une publicité – un texte romanesque communique un ton général, parfois composé de tons secondaires.

Il donne une cohérence esthétique à votre œuvre

Dans cette perspective, quels enseignements tirer des illustrations ci-dessous ? D’abord que le ton peut refléter une posture, un angle, mais également une émotion, intense ou non, complexe ou non, vis-à-vis du sujet évoqué. Est-on sincère ou hypocrite ? Factuel ou exagéré ? Drôle ou sérieux ? Il s’agit d’un choix, qui peut être instrumentalisé, délibéré, spontané, ou inconscient.

Le ton peut dévoiler un pan de la personnalité de l’auteur, ou, dans le cas d’un roman, d’une personnalité factice, associée par exemple au protagoniste ou au narrateur. Une histoire écrite de la perspective d’un individu à la personnalité sarcastique pourrait par exemple bénéficier d’être entièrement rédigée sur ce ton, alors que le récit d’un drame gagnerait d’adopter un ton grave, poignant, voire pathétique.

Pourquoi c’est important de se soucier de ça ? Parce que, que vous le souhaitiez ou non, même si vous n’avez pris aucune décision à ce sujet et y compris si le concept de ton vous est parfaitement étranger, votre roman aura un ton. Mieux vaut en être conscient et le forger délibérément en fonction de vos préférences d’auteur plutôt que de le laisser s’amalgamer par hasard, au risque de produire un mélange peu digeste.

Le ton, c’est la perspective que vous choisissez d’adopter en écrivant votre histoire. Il donne une cohérence esthétique à votre œuvre et fait partie du contrat auteur-lecteur. Ces prochaines semaines, nous allons nous y intéresser plus en détails…