Projet Sergio 3 : Lointaine, très lointaine

blog projets en cours

Dans le carnet de notes de mon principal projet romanesque en cours, je pense qu’il est intéressant de préciser mon intention de départ. Du point de vue esthétique, mon pitch, c’est « une version western spaghetti de Star Wars ». Je reviendrai dans un prochain billet sur la notion de « western spaghetti », et quel rôle elle joue dans l’histoire et mon approche de l’écriture, mais aujourd’hui, c’est plutôt la partie « Star Wars » de l’équation sur laquelle j’aimerais m’attarder. Pourquoi diable me suis-je lancé dans un pastiche de la saga de George Lucas ?

Si je devais définir « Star Wars », je dirais qu’il s’agit d’une série de récits à la tonalité pulp, qui empruntent des éléments à des genres aussi différents que le space opera à la Flash Gordon, le western, le récit de guerre, le chanbara, les Muppets, avec un peu de fantasy, des emprunts à différents auteurs comme Frank Herbert et Edgar Rice Burroughs et une pincée de Joseph Campbell pour relever la sauce. Bref, il s’agit d’une grande soupe, un vaste mélange d’éléments qui, à la base, ne sont pas conçus pour aller ensemble. C’est une grande oeuvre de littérature postmoderne, pas au sens où on l’entend généralement, mais par le fait qu’elle arrache des bribes de sens de leur contexte original pour en faire un collage et recréer des liens différents, comme si l’histoire de la littérature n’existait pas ou qu’il n’était pas nécessaire d’y trouver sa place. Bref, c’est ce qu’on appelle du syncrétisme, soit une combinaison d’éléments disparates qu’on n’a pas l’habitude d’associer et qui se conjuguent pour créer un nouvel ensemble.

C’est quelque chose qui m’attire depuis que je suis un tout petit garçon. Mon éveil à la fiction s’est joué en grande partie à lire des bandes dessinées de super-héros, ces fables où un détective, un martien, une amazone, un dieu et un type qui est super fort en tir à l’arc décident de collaborer pour combatre le crime, un point de départ insensé pour n’importe quelle histoire, mais qui est capable de catapulter une intrigue dans les directions les plus inattendues. Star Wars, c’est un peu pareil. En tant que lecteur, il m’est arrivé assez souvent de me dire que je serais intéressé à lire du Star Wars qui n’est pas vraiment du Star Wars, mais ça n’est pas si fréquent que ça. Les récits de space opera sont souvent très sérieux, la fantasy, en quête de cohérence, ne s’autorise que rarement des emprunts tous azimuts, et de manière générale, les récits d’aventure sont aujourd’hui devenus rares dans les rayons des librairies.

Alors on me rétorquera deux choses : premièrement, si je suis intéressé par les mélanges, pourquoi vouloir pasticher Star Wars plutôt que de concocter mon propre mélange, à base, par exemple, de fantasy, de new weird, de steampunk, de réalisme magique et de bande dessinée psychédélique ? Et bien ça, je l’ai fait, justement, et ça s’appelle la série du « Monde Hurlant ». Deuxième objection : pourquoi ne pas simplement pondre de la fanfiction, située dans l’univers de Star Wars ? Parce que ça m’ennuie, que si je souhaite reproduire une ambiance générale, je ne veux pas me liers les mains et que je préfère multiplier les petites inventions que les recherches fastidieuses.

Au final, même si l’ambition artistique de ce projet ne dépasse pas l’envie de divertir, j’ai la conviction que les ingrédiens que je rajoute au plat vont lui donner une saveur singulière. J’y reviendrai prochainement.

On fait le bilan – 2022

blog bilan

Deuxième loi de la thermodynamique des blogs : le niveau d’entropie ne fait qu’augmenter, et à terme, le blog finit par disparaître dans le néant.

C’est dans cette perspective que s’est située mon site ces derniers mois. Il n’y a pas grand chose à en dire et ça n’est ni mauvais, ni bien. Simplement, le Fictiologue a poursuivi son irrésistible glissement vers l’insignifiance, à force d’usure et de lassitude de la part des visiteurs. Aujourd’hui, le déclin est indéniable, quel que soit la mesure que l’on choisit pour le jauger : les articles sont moins lus, en particulier les nouveautés, ils sont moins aimés et je ne reçois de commentaires que de la part d’une poignée de fidèles que je tiens à remercier, parce que c’est toujours une immense joie de lire leurs réactions et qu’elles et ils apportent énormément à ce site. Cela dit, chaque année, le nombre de commentaires obtenu diminue. Mes critiques, qui n’ont jamais soulevé énormément d’intérêt, ne sont pratiquement plus lues par personne, pas plus que mes interviews. Mes billets sur les réseaux sociaux, qui font la promotion de mon contenu, n’ont plus d’impact. Je ne parle même pas des articles consacrés à ma production littéraire, qui n’ont jamais suscité beaucoup d’engouement.

On pourrait s’étonner de cette situation, d’autant plus que cette année, malgré le grand nombre d’articles rédigés, j’ai malgré tout abordé des sujets qui peuvent être utiles à de nombreuses autrices et auteurs, tels que les enjeux, le thème, les différentes formes de résumés ou encore le ton. Mais aujourd’hui, si le site est encore visité, c’est presque toujours pour lire 2-3 vieux articles sur les chapitres et les personnages, qui restent très populaires (et tant mieux). Sans vouloir à tout prix m’épargner une douloureuse remise en question, je crois que la qualité de mes billets n’est pas particulièrement à remettre en cause : simplement, c’est l’entropie qui frappe, et il n’y a pas grand chose à y faire. Ca n’a d’ailleurs rien de particulièrement dramatique.

Comme je l’ai dit, j’ai toujours beaucoup de plaisir à interagir avec les personnes qui me font l’honneur de visiter ce site et d’y laisser des commentaires. N’hésitez pas d’ailleurs, si vous avez des suggestions sur des modifications à apporter à ce site. J’apprécie d’ailleurs plus que jamais d’écrire de nouveaux articles, j’ai toujours des idées de sujets à aborder, mais il va falloir décider ces prochains mois si le temps que j’y consacre se justifie encore. La médiocrité commence là où les passions meurent, dit le poète. Peut-être que je ferais mieux de passer plus de temps à écrire des histoires, et moins à rédiger des conseils d’écriture. Quoi qu’il en soit, il me reste de toute manière quelques billets en stock, qui n’ont pas encore été publiés, donc rien ne va s’arrêter dans l’immédiat, quoi qu’il arrive.

En ce qui concerne mes écrits, 2022 a été plutôt satisfaisante. J’ai travaillé sur le manuscrit d’un roman, que j’ai proposé à un éditeur. J’ai rédigé deux nouvelles et j’ai mené trois bêta-lectures riches d’enseignements. Dans le sillage d’une chronique remarquée de LinksTheSun sur mon roman « Révolution dans le Monde Hurlant », et de son effet sur les ventes, j’ai remis en chantier sa suite (et fin), « La Chute du Monde Hurlant », un projet que j’avais abandonné. Donc youpi.

Projet Sergio : origines

blog projets en cours

Une nouveauté sur ce site : j’ai l’intention de vous tenir au courant de l’avancée de mes différents projets d’écriture, sous la forme de billets courts à parution irrégulière. Je pense que ce genre d’information peut être d’intérêt général, mais en plus, cela devrait former, à terme, une chronique de l’évolution de ces projets et une sorte de carnet de notes à usage interne. N’hésitez pas, naturellement, à me poser toutes les questions que vous souhaitez.

Ce qui me donne envie de me lancer là-dedans, c’est que je viens d’entamer la rédaction d’un roman, il y a environ une semaine. J’ai achevé il y a quelques semaines la cinquième mouture d’un bouquin d’urban fantasy/horreur (ci-après surnommé « Projet Berlin »), confié aux bons soins d’une maison d’édition, dans l’attente, peut-être, d’une sixième version. Comme je le fais d’habitude, avant d’entamer quelque chose de nouveau, j’ai joué aux jeux vidéo pendant un moment, mais j’ai fini par m’impatienter. Mon intention était d’entamer le travail de construction narrative de mon troisième roman du Monde Hurlant (que nous appelerons « Projet Crèvecorps »), mais j’ai bien senti que je n’étais pas mûr et l’ampleur de la tâche m’a rebuté. Comme j’avais malgré tout envie d’écrire, je suis allé dans mes notes afin de dénicher une des trames de romans laissée en plan. Cela paraissait beaucoup plus facile, donc j’ai jugé que c’était idéal : un roman sur lequel je pouvais travailler sans trop de casser la tête, dont je pouvais interrompre la rédaction au besoin sans risquer de m’y perdre, et qui me donnait du temps pour continuer à élaborer en parallèle le Projet Crèvecorps. En plus, la tonalité de cette idée m’a plu, moi qui sort de la rédaction de deux nouvelles dans le registre pulp.

C’est donc le Projet Sergio. Il a un autre titre, mais je vais y faire référence de cette manière pour le moment. Pourquoi « Sergio »? Parce qu’il s’agit d’un roman de space opera un peu idiot, un pastiche qui rend hommage à George Lucas mais aussi au western spaghetti et à Sergio Leone en particulier. Je vous en dirai plus à ce sujet ces prochaines semaines.

Critique : Le Train bleu

blog critique

À la retraite, Hercule Poirot souhaite passer des vacances sur la Côte d’Azur. À cet effet, il emprunte le Train bleu, sur la ligne Calais-Nice. Pendant le voyage, une riche héritière est assassinée dans le convoi, et le célèbre détective offre ses services pour résoudre cette énigme.

Titre : Le Train bleu

Autrice : Agatha Christie (traduction Etienne Lethel)

Editeur : Editions du Masque (ebook)

Un meurtre dans un train. Hercule Poirot enquête. C’est le point de départ bien connu d’un des plus célèbres romans d’Agatha Christie, « Le Crime de l’Orient Express ». Mais il ne s’agit pas de l’unique affaire de ce genre dans l’oeuvre de l’écrivaine anglaise. Écrit six ans auparavant, « Le Train bleu » propose un point de départ identique, mais ne bénéficie pas de la renommée de l’oeuvre précitée. Du reste, de tous les romans mettant en scène Hercule Poirot, celui-ci semble avoir été celui qu’Agatha Christie appréciait le moins. Rédigé dans le sillage du naufrage public et humiliant de son mariage, il est possible qu’elle n’y ait pas mis tout son coeur, ou qu’elle ait inconsciemment lié les deux événements dans la même aversion.

J’avais mes propres raisons pour m’y intéresser. Un vieux projet de roman prenait la poussière depuis quelques années dans mon esprit, parce que je pensais qu’il ne rencontrerait pas d’intérêt auprès des lectrices et des lecteurs, mais surtout parce que je butais sur un gros écueil de construction dramatique : les personnages y passaient beaucoup de temps dans un train, et il ne s’y passait pas grand chose. J’ai réalisé récemment qu’en y ajoutant un meurtre, cela épicerait cette partie du récit, et cela pourrait se connecter à d’autres éléments de l’intrigue de manière intéressante. Comme l’association de concepts « train »+ »meurtre » fait de toute manière penser à Agatha Christie, je me suis dit qu’il serait intéressant de retourner à la source, et de voir comment la Maîtresse du Suspense construisait ses intrigues. J’avais déjà lu « Le Crime de l’Orient Express », et de toute manière, j’étais en quête d’une enquête plus conventionnelle, donc je me suis tourné vers le « Train bleu ».

342432

Ce roman, comme la plupart de ceux de l’autrice, est une merveille de minimalisme. Agatha Christie n’utilise pas un seul mot qui ne soit indispensable, et renonce à tous les autres. L’essentiel du texte est constitué de dialogues, vivants et savoureux, pour la plupart, et souvent très drôles. Pour le reste, les descriptions sont limitées au strictement indispensable, et on ne perd pas de temps à expliquer ce qui est évident : si Poirot explique qu’il doit rentrer chez lui, on le retrouve en train de discuter avec son majordome à la ligne suivante, sans s’attarder à souligner qu’il a dû s’y rendre ou par quel moyen. On ne change même pas de paragraphe ! Tout auteur serait bien avisé de se pencher sur la prose d’Agatha Christie et en tirer des leçons.

Comme je l’ai laissé entendre, ce roman est assez conventionnel, et on n’y trouvera pas le coup de théâtre renversant du « Crime de l’Orient Express ». Il s’agit d’une enquête policière assez académique, où l’on suit différents personnages assez longuement avant que le moindre crime soit commis, sans trop nous fournir de contexte. Puis il y a meurtre, et Hercule Poirot rentre presque dans l’intrigue par la porte dérobée. L’intrigue est sans génie mais construite de manière assez habile, afin que nos doutes se portent sur différents suspects au fil de la lecture, en modifiant plusieurs fois le contexte de l’affaire. Ce qu’on peut en retenir, c’est que ce type de roman repose sur plusieurs personnages attachants et bien dessinés, dont plusieurs peuvent faire des meurtriers potentiels, et que l’enquête les innocente les uns après les autres alors que l’on découvre que le contexte de l’affaire est différent de ce que l’on imaginait.

Le roman souffre de quelques longueurs, s’abîme dans certains clichés un peu paresseux, et dans l’ensemble, est un peu mollasson – il n’y a pas la tension que l’on peut ressentir dans les romans les plus célèbres d’Agatha Christie. La fin, par ailleurs, est un peu expédiée. C’est un livre que personne ne va considérer comme le pinnacle du genre, mais même dans cette oeuvre mineure, le génie de l’autrice est apparent.

« Révolution dans le Monde Hurlant » chroniqué par LinksTheSun

Capture d’écran 2022-07-04 025601

Le vidéaste et booktubeur LinksTheSun m’a fait le plaisir d’évouer mon roman « Révolution dans le Monde Hurlant » dans sa nouvelle vidéo, il en dit plein de choses gentilles et formule également plein de critiques pertinentes. Pour celles et ceux qui n’ont pas eu l’occasion de voir ça, c’est ici:

Et si cela vous a convaincu et que mon roman vous intéresse, je vous place ci-dessous les liens pour vous le procurer :

➡️ Acheter Révolution dans le Monde Hurlant sur Bookelis (en papier ou en ebook)

Le roman est disponible à la commande sur tout le réseau Hachette, par exemple:

▶️ Acheter le roman à la FNAC

▶️ Acheter le roman chez Payot

▶️ Acheter le roman sur Amazon

▶️ Acheter le roman sur Cultura

▶️ Acheter le roman chez Decitre

▶️ Acheter le roman chez CRITIC

▶️ Acheter le roman chez Vivlio

▶️ Acheter le roman chez Comme dans les livres

▶️ Acheter le roman chez Cufay